Portail:Nouvelle-France/Lumière sur.../Archives/122018

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'esclavage en Nouvelle-France est une réalité aussi bien de la société coloniale que de certaines sociétés autochtones. Près de 10 000 Amérindiens furent des esclaves entre 1660 et 1760.

Les Amérindiens étaient répartis en nations dont certaines pratiquaient l'esclavage avant l'arrivée des Européens. Le plus souvent, les esclaves étaient capturés à l'occasion de conflits entre des communautés ou des nations, comme dans certaines sociétés de l'Antiquité européenne. Toutefois, les captifs ne devenaient pas exclusivement des biens marchands. Selon les cas, ils étaient tués pour assouvir le désir de vengeance de leurs ravisseurs, pris comme conjoints, gardés comme serviteurs, adoptés pour remplacer un défunt ou remis à une tierce partie pour cimenter une alliance ou obtenir une contrepartie en biens de traite.

L'esclavage semble avoir été rarissime dans l'Acadie historique. Toutefois, on a recensé au moins 216 esclaves, noirs à 90 %, au sein de la population de la colonie française de l'île Royale, entre 1713 et 1760. La grande majorité de ceux-ci se retrouvent à Louisbourg, sans doute en raison des contacts suivis de ce port avec les Antilles.

Le chercheur Marcel Trudel a recensé, au Canada, 4 185 esclaves entre la deuxième moitié du XVIIe siècle et 1834, sur un territoire qui va au minimum de la Gaspésie à Détroit, sous les régimes français et anglais. De ce nombre, les trois quarts étaient d'origine amérindienne, communément appelés des panis, et le quart était d'origine africaine.

Lire la suite...