Pongo (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pongo
Populations significatives par région
Cameroun 6 000 à 10 000…
Autres
Régions d’origine Afrique Centrale
Langues Pongo
Religions Christianisme
Ethnies liées Douala

La tribu Pongo est un peuple bantou du Cameroun, appartenant au groupe des sawa qui habitent le littoral camerounais. Elle est principalement implantée dans la ville de Dibombari, et ses environs. Elle partage de nombreux points communs avec l'ethnie Douala dont elle est voisine. Les Pongo parlent une variété de la langue douala appelée pongo.

Ethnonyme[modifier | modifier le code]

Les Pongo sont désignés par eux-mêmes et leurs voisins par « Pongo ».Ce terme dériverait du nom de l'ancêtre fondateur de la tribu, Epongè, fils de Mbedi, l'ancêtre commun des Sawa.

Dans la langue douala, l’expression « pongo » signifie « nord ». Ceci est surêment dû au fait que les Pongo sont installés au nord de la ville de Douala.

Les Pongo, culturellement plus proches des Douala, ne doivent pas ëtre confondus avec les Pongo Songo, qui sont eux culturellement et géograhiquement plus proches des Malimba.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le peuple pongo partage une histoire commune avec les autres peuples sawabantu, en particulier les Douala, Malimba et Mongo, avec lesquels ils sont liés par des origines communes. En effet selon les traditions orales, ces peuples auraient pour ancêtre fondateur Mbèdi, fils de Mbongo Ce dernier aurait commencé la migration depuis le Gabon ou le Congo à partir de la région Bakota[1]. Ils auraient ensuite atteint la localité de Piti, près de la Dibamba. À partir de là, Mbèdi aurait avec sa descendance, immigré vers la région de Douala originellement occupée par les populations Bakoko et Bassa.

Au sein de la descendance de Mbèdi, figurerait Ewalè, ancêtre des Douala, Ilimbe, celui des Malimba, Mongo celui des Mongo et enfin Epongè, ancêtre fondateur de la tribu Pongo[2].

La tribu pongo, occupant autrefois des villages épars, fut regroupée par la force par les colons allemands dans une région qu'ils appelèrent par la suite Dibombari (« voici le paquet », en langue pongo), et qui est actuellement leur principale implantation[3].

La tribu Pongo, ici confondue avec la tribu Douala (en bleu) se situe au nord de la ville de Douala

Langue[modifier | modifier le code]

Les Pongo parlent un dialecte proche de la langue douala appelé pongo[4]. Le pongo se distingue de sa variante standard entre autres par quelques variations, mais les deux dialectes sont mutuellement intelligibles. Les jeunes Pongo peuvent généralement aller d'un dialecte à l'autre, alors que pour les Douala ceci n'est pas forcément vrai, à cause d'un manque d'exposition à cette variante campagnarde.

Culture[modifier | modifier le code]

La culture pongo originelle a pratiquement disparu à cause de la modernité. Du moins il reste des célébrations communes aux autres peuples Sawabantu telle que le Ngondo (un festival annuel).

Personnalités[modifier | modifier le code]

Liste de personnalités ayant des origines Pongo :

  • Le chanteur de Makossa, Tom Yoms,
  • La chanteuse Coco Mbassi
  • Le bassiste Richard Bona,
  • Le chanteur Ekambi Brillant.
  • Le cinéaste et acteur MACKA KOTTO
  • Les conteurs TIK'A KUL'A PENDA (de regretté mémoire),
  • Le conteur et metteur en scène Guillaume EKOUME
  • Le Dramaturge et poète Ekum'Ekol'A Ndende (pseudonyme d'écriture de G. EKOUME)
  • Le Poète Pierre Lapaix Ndame
  • Le Pr MONNY EKOSSO
  • L'antropologue, Pr MBONJI EDJENGUELE
  • Le bio Architecte Cyrille MOUKOKO NDOUMBE
  • Le magistrat MPONDO Osée
  • L'Officier de Marine Paul LOBE LOBE

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Balandier, « Economie, société et pouvoir chea les duala anciens », Cahiers d'études africaines, no 15,‎ , p. 361-380 (lire en ligne)
  2. « Origines de la tribu pongo au sein du peuple sawa », sur Masoso ma Nyambe (consulté le 27 août 2015)
  3. « Dibombari », sur cvuc.cm/
  4. Carl Ebobisse, « Dialectometrie Lexicale des parlers Sawabantu », Journal Of West African Languages,‎