Polyméthylpentène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Polyméthylpentène
Formule semi-développée
Formule semi-développée
Identification
Nom UICPA poly(4-méthylpent-1-ène)
Synonymes

PMP, TPX

No CAS 25068-26-2
Propriétés chimiques
Formule brute C6H12  [Isomères]
Masse molaire[1] 84,1595 ± 0,0056 g/mol
C 85,63 %, H 14,37 %,
Propriétés physiques
fusion 230 à 240 °C
Masse volumique 0,83 g·cm-3 (23 °C)
Propriétés optiques
Indice de réfraction \textit{n}_{D}^{20} 1,463
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le polyméthylpentène (de sigle PMP ou TPX) est un polymère thermoplastique de la famille des polyoléfines.

Structure chimique[modifier | modifier le code]

Son nom dans la nomenclature IUPAC est poly(4-méthylpent-1-ène).

Il résulte de la polyaddition du monomère 4-méthylpent-1-ène (numéro CAS 691-37-2).

Propriétés physiques[modifier | modifier le code]

Bécher en PMP, transparent et résistant jusqu'à 150 °C

À température ambiante, il est parfaitement transparent (bien qu'il soit semi-cristallin) et très perméable aux gaz.
Il est hydrophobe, autoclavable à 135 °C et résiste pendant une courte durée à une température d'environ 175 °C (dépend des grades disponibles). Le PMP se classe parmi les polymères thermoplastiques les plus thermostables.
Sa température de fusion est élevée, de 230 à 240 °C.
Sa densité, de 0,83, est la plus faible des polymères thermoplastiques.
Sa rigidité est similaire au polypropylène (PP).
Sa résistance à l'oxydation est inférieure à celle du PE. On doit donc lui incorporer des additifs antioxydants.

Applications[modifier | modifier le code]

Il est couramment utilisé pour le matériel médical et de laboratoire, mais aussi en cuisine ou pour des composants électroniques.

Production industrielle[modifier | modifier le code]

Le polyméthylpentène a été introduit en 1965 (sous le nom TPX) et commercialisé en 1969 (sous le nom XT) par ICI ; il a été commercialisé en 1973 par Mitsui Petrochemical [2] [3].
La production du polyméthylpentène a atteint le niveau industriel. Son prix est plus élevé que celui des autres polyoléfines courantes (PE et PP).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. (en) John A. Brydson, Plastics materials, Butterworth-Heinemann,‎ (ISBN 0-7506-4132-0, [%5Bhttp://books.google.fr/books?id=rka3nPiiRi4C&printsec=frontcover&source=gbs_navlinks_s#v=onepage&q=&f=false%5D lire en ligne]), p. 270-273
  3. R. Deterre et G. Froyer, Introduction aux matériaux polymères, Paris, Tec & Doc Lavoisier,‎ (ISBN 2-7430-0171-2), p. 70. D'après L.A. Utracki, Polymer Engineering & Science, Janvier 1995, Vol. 35, n°1