Plasmodesme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La structure d'un plasmodesme primaire.
CW: paroi cellulaire, CA: callose, PM: membrane plasmique, ER: réticulum endoplasmique, DM: desmotube, point rouge: actine
Évolution des principales structures et des plans d'organisation chez les plantes.

Le plasmodesme (du grec plasma, « chose façonnée » et desmos, « lien »)[1] est le canal traversant la paroi cellulaire des plantes, constituant les voies de passage de l'eau, des solutés, des phythormones et des virus phytopathogènes qui se répandent à travers la plante. Ce canalicule s'ouvre grâce à une action de l'actine, de la myosine, et de la tubuline. Son diamètre fait environ 20 à 40 nm (à la différence des jonctions gap des cellules animales dont le diamètre est de 2 nm). Il relie les membranes plasmiques et les cytoplasmes des cellules adjacentes, qui forment alors un compartiment continu, le symplasme.

Structure[modifier | modifier le code]

Le plasmodesme est principalement constitué d'un anneau de protéines globulaires.

Le centre du plasmodesme est parfois occupé par le desmotubule. C'est une structure membranaire tubulaire reliant les réticulum endoplasmiques des deux cellules voisines. Le canal intradesmotubulaire ainsi formé à l'intérieur du desmotubule permet le passage contrôlé de molécules entre les cellules adjacentes. Il est en lien avec du réticulum endoplasmique lisse de part et d'autre de la paroi. Le desmotubule est entouré d'un annulus de protéines globulaires sur toute l'épaisseur du plasmodesme. Aux extrémités du desmotubule on observe un col qui permet l'ouverture ou la fermeture des plasmodesmes.

L'ensemble des plasmodesmes représente en moyenne 1 % de la surface de la paroi, mais certaines zones en présentent une concentration élevée, alors que d'autres en sont quasiment dépourvues.

Histoire évolutive[modifier | modifier le code]

Article détaillé : histoire évolutive des végétaux.

La pluricellularité exige plusieurs adaptations, notamment la présence d’un continuum des cytoplasmes de cellules adjacentes ou proches afin d'assurer une voie de flux directe et rapide à l'eau, aux solutés (ions, petites protéines, phythormones) et une mutualisation des cytoplasmes dans un tissu. Chez les végétaux de la lignée verte et les algues brunes, ce pont cytoplasmique a ainsi été fréquemment sélectionné au cours de l'évolution. L'acquisition des plasmodesmes est convergente chez ces deux lignées et analogue à celle des jonctions communcantes chez les animaux[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Romaric Forêt, Dico de Bio, De Boeck Superieur, , p. 799.
  2. Anu Singh Cundy, Gary Shin, Découvrir la biologie, De Boeck Superieur, , p. 98-99.

Voir aussi[modifier | modifier le code]