Pierre Cacault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cacault.
Pierre Cacault
Pierre-René Cacault.jpg

Portrait de Pierre Cacault, par François Sablet
Musée des beaux-arts de Nantes, 1810.

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
Clisson ou NantesVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Maître
Joseph-Marie Vien (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Pierre René Cacault, né le à Nantes et mort le à Clisson, est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Frère cadet de François, Cacault exerce une activité de peintre à la faïencerie familiale et participe à la direction de l'entreprise avant de commencer à Paris des études de peinture. En 1774, boursier de la ville de Nantes, il part à Rome où, élève de Joseph-Marie Vien, il est initié à la peinture d'histoire.

Pendant près de vingt ans, il y exerce une activité de peintre, fréquentant de nombreux artistes parmi lesquels Mathurin et Louis Crucy, Coste, David, Canova et Lemot. Dès 1780, la ville de Nantes le sollicite, sans succès, pour les fonctions d'architecte-voyer, mais ce sont les émeutes anti-françaises de 1793 qui provoquent son départ de Rome et son retour dans sa ville natale.

Dès 1796, il fait l'acquisition de métairies à Clisson et dans la région. Il s'installe dans l'ancien presbytère de la Madeleine en 1798. En l'absence de son frère, retenu en Italie jusqu'en 1803, il prend à cœur de surveiller la construction des bâtiments du musée-école situés à côte du presbytère[1] qui s'achève en 1804, d'un style architectural pittoresque inspiré de l'Italie. La présentation de la collection Cacault y est éphémère.

Dès 1805, à la mort de son frère, il tente, en vain, de négocier le rachat, par le gouvernement, du musée et de ses collections, dont il souhaite confier la direction à Lemot. Le 27 janvier 1810, Jean-Baptiste Bertrand-Geslin, maire de Nantes, achète la collection pour la ville qui souhaite créée un musée des beaux-arts. Deux jours plus tard, Pierre Cacault meurt.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Société française d'archéologie, Congrès archéologique de France, vol. 126, Paris, A. Picard et fils, , 351 p. (lire en ligne), p. 241.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le musée Cacault sur le site de la ville de Clisson

Liens externes[modifier | modifier le code]