Philippe Marlière (biologiste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Philippe Marlière.
Philippe Marlière
Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait de Philippe Marlière
Naissance (62 ans)
Nationalité Française
Diplôme
Docteur en biologie
Profession
Biologiste
Activité principale
Inventeur
Formation
École normale supérieure

Philippe Marlière, né le 9 septembre 1955 à Abbeville (France), est un scientifique et un inventeur français. Pionnier de la xénobiologie, il a fondé plusieurs entreprises de biotechnologie[1],[2] et de biologie industrielle[3].

Xénobiologie[modifier | modifier le code]

La modification des micro-organismes dans leur constitution chimique est le guide des travaux menés par Philippe Marlière[4], d'abord à l'institut Pasteur, puis à partir de 1999 en collaboration avec le centre de séquençage français, Genoscope, avec Genopole, et au sein des entreprises qu'il fonde par la suite. Il est directeur de recherche de l'institut de biologie systémique et synthétique (iSSB) de Genopole depuis 2009.

Dans un manifeste de la xénobiologie[5] publié en 2009, il promeut l'artificialité des formes synthétiques de vie comme le moyen de comprendre les écosystèmes naturels et de les préserver.

Acides xénonucléiques[modifier | modifier le code]

Conjointement avec les groupes de Phil Holliger (Medical Research Council, Cambridge), Vitor Pinheiro (University College London) et Piet Herdewijn (Université Catholique de Louvain), il développe les acides xénonucléiques avec l'objectif de les déployer in vivo sous la forme de plasmides artificiels[6], dont l'hybridation avec le support naturel de l'hérédité, l'ADN, est chimiquement exclue. La prolifération de l'information portée par ces molécules serait ainsi contrôlée quantitativement par l'apport de précurseurs synthétiques des acides xénonucléiques.

Philippe Marlière a également conçu la première lignée de la bactérie Escherichia coli dotée d'un chromosome dont la composition chimique diffère de celle de tous les être vivants, la thymine y étant remplacée par un analogue, le chlorouracil[7].

Les conférences XBn[modifier | modifier le code]

À l'initiative de Philippe Marlière, un cycle de conférence bisannuel consacré à la xénobiologie a débuté en mai 2014 avec la conférence XB1, qui s'est tenue à Gênes. La conférence XB2 a eu lieu à Berlin en mai 2016 dans le cadre de l'année Leibniz 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « About us | Isthmus SARL », sur www.isthmus.fr (consulté le 16 juin 2016)
  2. « Company | Heurisko », sur www.heurisko-inc.com (consulté le 16 juin 2016)
  3. « Conseil d'administration | Global Bioenergies », sur www.global-bioenergies.com (consulté le 16 juin 2016)
  4. « Pourquoi et comment faire des formes de vie nouvelles ? », sur www.canal-u.tv (consulté le 17 juin 2016)
  5. (en) Philippe Marlière, « The farther, the safer: a manifesto for securely navigating synthetic species away from the old living world », Systems and Synthetic Biology, vol. 3,‎ , p. 77–84 (ISSN 1872-5325 et 1872-5333, PMID 19816802, PMCID 2759432, DOI 10.1007/s11693-009-9040-9, lire en ligne)
  6. (en) Vitor B. Pinheiro, Alexander I. Taylor, Christopher Cozens et Mikhail Abramov, « Synthetic Genetic Polymers Capable of Heredity and Evolution », Science, vol. 336,‎ , p. 341–344 (ISSN 0036-8075 et 1095-9203, PMID 22517858, PMCID 3362463, DOI 10.1126/science.1217622, lire en ligne)
  7. (en) Philippe Marlière, Julien Patrouix, Volker Döring et Piet Herdewijn, « Chemical Evolution of a Bacterium’s Genome », Angewandte Chemie International Edition, vol. 50,‎ , p. 7109–7114 (ISSN 1521-3773, DOI 10.1002/anie.201100535, lire en ligne)