Pavillon de Haïti-Hawaï

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pavillon de Haïti-Hawaï
Pavillon de Haiti Hawai 1889 La Garenne.jpg
Ancien pavillon de Haïti-Hawaï, vu de la rue Auguste Buisson - La Garenne-Colombes
Présentation
Destination initiale
Pavillon de l'exposition universelle de 1889, Paris
Destination actuelle
Habitation privée
Architecte
Jules Bon
Construction
Statut patrimonial
Inventaire Général du Patrimoine d'Île-de-France
Localisation
Pays
Commune
La Garenne Colombes
Adresse
13 Rue Auguste Buisson
Coordonnées
Le pavillon d'Hawaï. Gravure tirée de "l'Exposition universelle de 1889" d'Emile Monod, Tome II, page 477

Le pavillon de Haïti-Hawaï est un ancien pavillon construit pour l’Exposition universelle de 1889 à Paris et situé aujourd’hui dans la commune française de La Garenne-Colombes dans les Hauts-de-Seine. Construit pour la république d’Haïti, il fut cédé avant l’ouverture de l’Exposition au royaume d’Hawaï. Après l'Exposition, il a été démonté puis reconstruit et transformé en habitation privée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le pavillon a été conçu par Mr Bon architecte[1],[2], pour la république d’Haïti qui souhaitait participer à l’Exposition universelle de Paris en 1889. Des troubles politiques ont obligé le gouvernement haïtien à s’en défaire dans les conditions suivantes : « Le gouvernement de Haïti avait tout d’abord décidé de participer officiellement à l’Exposition universelle de 1889 ; il avait désigné son commissaire général et toutes les dispositions étaient prises pour que cette participation fut aussi complète et brillante que possible. Le pavillon d’Haïti était achevé au Champ-de-Mars, et les objets destinés à le garnir et à y être exposés, réunis au Port-au-Prince et prêts à embarquer, lorsque survinrent les évènements qui amenèrent la chute du président Salomon et bouleversèrent pendant plus de 18 mois le pays. Le gouvernement donna l’ordre de se défaire du pavillon, lequel fut cédé au royaume d’Hawaï qui y installa son exposition »[3].

On peut constater sur les plans généraux de l’Exposition universelle de 1889, que la cession s’est faite en dernière minute, car la plupart indiquent « Pavillon d’Haïti » au lieu de « Pavillon d’Hawaï » [4], pour le petit pavillon, au bord de l’avenue de Suffren, entre le Pavillon du Guatemala et le Pavillon Indien.  Le plan en couleur imprimé par Erhard Frères a, lui, bien pris en compte la modification[5].

Le pavillon des îles Hawaï. Gravure tirée du Livre d'or de l'Exposition de 1889, page 279

Le changement d’affectation est réalisé à moindre frais en camouflant les éléments propres à la république d’Haïti : le cartouche « Haïti » bien sûr, mais aussi les bonnets phrygiens, car Hawaï était un royaume. Puis en rajoutant les armes du pays [2]sur un fronton ainsi qu’un panneau « Hawaï » au-dessus de la porte. Les gravures de l’époque, contrairement aux plans, indiqueront correctement « Pavillon d’Hawaï » ou parfois « Pavillon des Iles Hawaï ».

A la fin de l’Exposition universelle, le pavillon est démonté, puis remonté à La Garenne Colombes, 13 rue des Buissons (aujourd’hui rue Auguste Buisson). Le panneau en céramique nettoyé indique de nouveau « Haïti » et le lien avec le pavillon d’Hawaï représenté dans les publications se perd. Le pavillon n'est par exemple pas listé dans "Les vestiges des Expositions Universelles à Paris et en Ile-de-France" [6] ni dans le livre de référence "Sur les traces des expositions universelles, Paris 1885-1937"[7].

Son décor en céramique est remarqué lors d’un inventaire topographique en 1991 et une fiche est créée dans l’Inventaire général du patrimoine culturel d’Île-de-France, mais le lien avec le pavillon d'Hawaï n'est pas fait [8],[9]. Il est ensuite inscrit sur le plan local d'urbanisme comme bâtiment d’intérêt patrimonial [10], mais ne bénéficie pas d'autre protection. L’origine du pavillon est redécouverte par Philippe Le Port et Françoise Mary en août 2018[11]. Un article dans le Parisien du 2 Janvier 2019[12], repris par la presse et la radio nationale le fait connaître du grand public.

Description[modifier | modifier le code]

La structure générale en bois du pavillon est bien conservée quand on la compare aux photos d’époque [13]. Pour se conformer à un usage d’habitation et gagner de la surface, les remplissages de briques ont été replacés entre les poteaux extérieurs de la galerie véranda. La plupart de ces  poteaux ont été conservés, sauf ceux  incompatibles avec le percement de quelques fenêtres. Le découpage en pans de bois du premier étage, ainsi que le décalage vers l’arrière sont conformes à l’original. Les très belles céramiques de la façade du premier étage sont toujours à leur place. Le fronton proéminent, avec les armes d’Hawaï n’existe plus, mais on distingue encore son emplacement devant les deux fenêtres de la façade. Les éléments caractéristiques de toiture, rives, pinacles et tuiles émaillées ont disparu suite aux différentes réfections[réf. souhaitée]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Camille Debans, Les coulisses de l'Exposition, guide pratique et anecdotique, Paris, Ernest Kolb Editeur, 373 p. (lire en ligne), page 14.
  2. a et b E. Monod, L'exposition Universelle de 1889 Tome III, Paris, E. Dentu, , 670 p. (lire en ligne), Page 50.
  3. E. Monod, L'exposition Universelle de 1889 Tome II, Paris, E. Dentu, , 618 p. (lire en ligne), Page 607.
  4. Plan d'ensemble de l'Exposition universelle de 1889, Paris, Broise et Courtier, , 1 p. (lire en ligne).
  5. Exposition de 1889. Plan général des divers Palais, Paris, Erhard Frères, , 1 p. (lire en ligne).
  6. « Les vestiges des Expositions Universelles à Paris et en ïle-de-France », sur Site de la région Île-de-France, 21/01/2016, 16:07:00, libert christophe (consulté le 25 septembre 2018).
  7. Sylvain Ageorges, Sur les traces des expositions universelles, Paris, 1855-1937, Paris, Parigramme, , 187 p. (ISBN 978-2840964445).
  8. « La Garenne Colombes Réf. Mérimée IA00079430 », sur Inventaire général du patrimoine culturel d’Île-de-France, inventaire général 1991 (consulté le 30 août 2018).
  9. « Classé au patrimoine rue Auguste Buisson », sur La Garenne-Colombes le retour du passé, (consulté le 25 septembre 2018)
  10. « carte du bâti remarquable communal page 53 », sur Commune de la Garenne-Colombes,, (consulté le 23 aout 2018).
  11. « Un pavillon d'exposition universelle à La Garenne-Colombes », sur céramique architecturale.fr, (consulté le 20 septembre 2018).
  12. « Ils sont retrouvés un ancien pavillon de l'Exposition Universelle. », sur leparisien.fr, édition papier du 2 janvier 2019
  13. (en) « hawaiian-pavilion-paris-exposition-1889 », sur Hawaian time machine, (consulté le 28 aout 2018)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Parutions, Iconographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]