Paul Duqueylar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Paul Duqueylar
Duqueylar Ossian 1800.jpeg
Ossian chantant ses vers (1800)
Aix-en-Provence, musée Granet.
Naissance
Décès
Activité

Hughes Jean François Paul du Queylard[1] dit Paul Duqueylar, né le et mort le à Lambesc[2], est un peintre néoclassique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Duqueylar est l'élève de David. Il appartint à la Secte des Barbus, groupe d'élèves dissidents de l'école de David.

Le graveur Joseph Théodore Richomme (1785–1849) réalisa d'après Duqueylar une estampe : Danaé et son fils Persée.

Étienne Parrocel écrit que l'auteur allemand Kotzebue a fait la description de deux tableaux (un Bélisaire et un Minos fuyant les ombres) dans ses souvenirs d'Italie.

Œuvres exposées au Salon[modifier | modifier le code]

  • 1800 : Ossian Musée Granet, Aix-en-Provence.
  • 1802 : n° 730, Danaé et son fils Persée.
  • 1808 : n° 488, Les Héros grecs tirant au sort les captifs qu’ils ont faits à Troie.
  • 1810 : n° 283, Sainte Famille.
  • 1817 : (sous le nom de Queilard)
    • n° 629, Pâris et Hélène ;
    • n° 630, Bacchus et enfant, élevé par les Nymphes ;
    • n° 631, Bélisaire demandant l’aumône au pied d’un arc de triomphe élevé à sa gloire, Aix-en-Provence, musée Granet ;
    • n° 630, Archimède traçant des figures de géométrie pendant la prise de Syracuse.
  • 1819 :
    • n° 925, Artémise buvant les cendres de Mausole, son époux ;
    • n° 926, Mort de Phocion.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

En France
En Italie
  • Monte Cavallo, palais de Monte Cavallo, plafond : Trajan distribuant les sceptres de l’Asie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. On trouve parfois son nom orthographié Duqueylard, Duqueylar, Queilar, Cailar et encore Cailard.
  2. Au château de Valmousse.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. Aubin, Un peintre bas-alpin oublié, Paul du Queylard, Digne, 1888.
  • Étienne Parrocel, Annales de la peinture, Marseille, 1862, p. 345.

Liens externes[modifier | modifier le code]