Paul-Émile Vincent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Paul-Émile Vincent
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance

Anvers
Décès
(à 82 ans)
Bruxelles
Nationalité
Belge
Activité
Architecte
Autres informations
Mouvement
Modernisme

Paul Émile Vincent est un architecte belge né à Anvers le et mort à Bruxelles le .

Biographie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Paul-Émile Vincent est diplômé de l’École nationale supérieure d'architecture La Cambre en 1947 après avoir étudié dans l’atelier de Victor Bourgeois. Il effectue ensuite un stage chez Léon Stynen à Anvers. Après une association avec l’architecte Roger de Winter, il fonde le bureau Nouvelle Architecture (Groupe NA) avec les architectes Eliane Havenith, Jean Stuyvaert et Willy Van der Meeren en 1953, époque à laquelle il construit l’Institut d’Etudes Sociales d’Etat à Ixelles et le jardin d’enfant du Verregat. L’année suivante il s’engage comme membre des jeunes CIAM (Congrès Internationaux d’Architecture Moderne). Il devient vice-président de la SBUAM (Société Belge des Urbanistes et Architectes Modernistes)[1].

En 1958 il participe à l’Exposition universelle de Bruxelles pour laquelle il réalise la passerelle piétonne encore présente aujourd’hui, les aménagements intérieurs du pavillon Edifices et Habitations sous la direction de Charles Van Nueten, et un projet de crèche.

Il fonde son propre atelier d’architecture et d’urbanisme en 1968. Durant sa carrière, Paul-Emile Vincent a réalisé de nombreuses maisons et villas particulières, des immeubles à appartements, des hôpitaux et constructions scolaires en Belgique et en Afrique. Il publie des articles dans différentes revues spécialisées en Belgique et en France et est membre fondateur de la revue Architecture.

Sa carrière est également marquée par un poste de directeur de l’Institut Supérieur d’Architecture de La Cambre qu’il obtient en 1968 après y avoir été étudiant, élève-assistant puis professeur-chef d’atelier.

Une exposition lui a été consacrée de son vivant à La Loge à Ixelles en 2002.

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

  • Villa pour le peintre Rik Poot (1948)
  • Villa pour le peintre René Mels (1952)[2]
  • Institut d’Etude Sociale de l’Etat à Bruxelles (1953)[3]
  • Transformation du magasin Rachin à Bruxelles (1956)[4],[5]
  • Bar ‘Le Matignon’ à Charleroi (1956)
  • Ecole du Verregat (1957)[6]
  • Passerelle de l’Expo 58 (1958)
  • Immeuble à appartement Tirscher à Bruxelles (1960)[7]
  • Villa pour M. et Mme Kruys (1960)
  • Villa pour M et Mme Lielens à Gasbeek (1961)[8],[9]
  • Immeuble à appartements Vincent à Bruxelles (1965)[10]
  • Concours pour la VUB (Vrije Universiteit Brussel) à Bruxelles (1970)
  • Lycée de Kaolak au Sénégal (1980)
  • Villa Pour l’amour du livre pour M.Mazy à Waterloo (1992)

Paul-Emile Vincent est également l'auteur de plus de 50 projets en région de Bruxelles-Capitale.

Influence du modernisme et thèmes de prédilection[modifier | modifier le code]

''On peut retrouver des thèmes récurrents dans l’architecture de Paul-Emile Vincent et liés à « quelques qualités particulières de l’espace de la modernité »[11]. Paul Sorel, dont le sujet de mémoire porte sur le travail de Paul-Emile Vincent, identifie spécifiquement celui de l’ouverture à travers le parcours d’entrée, les interrelations des espaces de vies, l’oblique et la diagonale, l’usage du plein et du vide, la nature et le paysage, les matériaux, la décoration intérieure et enfin la sculpture ou toute forme d’art intégré[12]. En effet, certains projets peuvent être comparés à des projets manifestes. On peut retrouver dans la Villa pour M. et Mme Lielens à Gasbeek (1961) un mur continu de l’intérieur vers l’extérieur marquant le cheminement de l’habitation qui n’est pas sans rappelé celui de la Maison de brique (1923) de Mies Van der Rohe. La présence de pilotis dans la maison Hidalgo (1977) semble faire appel aux cinq points de l’architecture moderne (1927) de Le Corbusier, ou encore l’intégration de la salle à manger dans le salon et donc l’évolution spatiale du séjour est surement hérité du plan-libre.

Des principes du modernisme, l’architecte les utilisera néanmoins avec retenue: « un élément de réponse quant à la nuance dans le travail de P.E Vincent est peut-être la volonté d’insérer un rapport fort à l’humain dans ses projets: un aspect largement critiqué par les détracteurs du modernisme qui y voyaient une architecture "indifférente (…) à l’homme" »[12]. Cette forme de modernisme modérée se révèle particulièrement dans la matérialité employée: pour beaucoup de ses projets, il décide de garder la brique rouge et la pierre bleue, éléments incontournables de l’architecture belge traditionnelle, comme si la modernité devait s’adapter aux particularismes régionaux.

D’autres préoccupations marquent l’architecture de Paul-Emile Vincent qu’il nomme par « révolutions » dans un discours prononcé lors d’un colloque organisé par la SBUAM. Enoncés en trois points, la première correspond à la révolution technologique due aux matières et matériaux nouveaux et aussi de l’utilisation détournée de certains matériaux déjà existants; la deuxième renvoie à la révolution technique dans le domaines des structures; et la troisième est liée à l’évolution de la mise en place des systèmes préfabriqués, ce dernier point pouvant être illustrés dans l’école du Verregat réalisée par des éléments préfabriqués.

En tant que membre actif de l’enseignement donné à La Cambre, Paul-Emile Vincent prône le détachement de la discipline d’architecture du domaine de l’ingénierie. Il admet que les compétences demandées aux architectes sont de plus en plus nombreuses et qu’une des solutions pour pallier la dévaluation du diplôme pourrait être la création de filières complémentaires, permettant à l’étudiant de s’orienter vers une spécialisation.[13]

Distinction[modifier | modifier le code]

  • 1953 : Prix au concours pour la construction des halls d’exposition de la ville de Tournai
  • 1955 : Première mention au Prix d’Architecture Van de Ven pour la maison-atelier de René Mels (1953)[2]
  • 1968 : Premier prix ex-aequo pour l’étude de l’aménagement du centre commercial de la commune de Boitsfort
  • 1999 : Nominé par le jury des ‘’Règles d’Or de l’Urbanisme’’ pour le bâtiment P&V (1993) dans le cadre du prix de l’utilisation rationnelle de l’énergie

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul-Émile Vincent Koregos, revue et encyclopédie multimédia des arts
  2. a et b Roger Vinclair, « le Prix Van den Ven », Architecture 55 n°14,‎ , p. 580-581
  3. « Institut d’Etudes Sociales à Bruxelles », Architecture 61 n°41,‎ , p. 792 à 795
  4. (nl) « Winkelarchitectuur - Rachin », Bouwen en Wonen,‎ , p. 5 à 7
  5. Pierre-Louis Flouquet, « Les nouveaux magasins Rachin », Architecture 56 n°10,‎ , p. 292 à 295
  6. « Ecole du Verregat - Bruxelles II », La Maison n°12,‎
  7. « Immeuble à appartements à Bruxelles », La Maison n°6,‎ , p. 185 à 187
  8. « Villa à Gaasbeek », La Maison n°5,‎ , p. 143 à 146
  9. « Villa à Gasbeek », Architecture 63 n°51,‎ , p. 98 à 101
  10. « Immeuble à appartements à Bruxelles », Architecture 70 n°94,‎ , p. 730 à 732
  11. Patrick Bruniat et Nele Huisman, L'espace ouvert et autres concepts spatiaux analogues au sein de la modernité, ISACF La Cambre, 1999-2000
  12. a et b Paul Sorel, Les archives de Paul-Emile Vincent, Bruxelles, ISACF La Cambre, , p. 55
  13. « Dialogue avec Paul-Emile Vincent », Décor n°932,‎ , p. 52-57

Liens externes[modifier | modifier le code]

Site de l'inventaire du patrimoine architectural de la Région de Bruxelles-Capitale

Fonds Paul-Emile Vincent des Archives d'Architectures Modernes de Bruxelles

Fonds Paul-Emile Vincent des Archives de l'ISACF La Cambre