Pandémonium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pandemonium)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les utilisations du terme originel ou francisé dans les arts et la culture populaire, voir Pandemonium (homonymie).
L'architecture fantastique de John Martin :
Le Pandemonium, inspiré de Paradise Lost, de John Milton (musée du Louvre à Paris).

Le Pandémonium (du néologisme originel anglais Pandæmonium, plus souvent orthographié Pandemonium) désigne en littérature la capitale imaginaire des EnfersSatan invoque le conseil des démons.

Depuis sa création en tant que néologisme inventé par le poète anglais John Milton, le terme est utilisé pour désigner un lieu où règnent corruption, chaos et décadence, voire confusion ou vacarme, notamment dans la langue anglaise[1].

Les termes Pandémonium, Pandaemonium ou Pandemonium sont utilisés dans leur sens originel ou approchant, ou au sens figuré dans de nombreuses œuvres de fictions, et font également office de titre à de nombreuses œuvres littéraires, musicales, artistiques, etc.

Origine et étymologie[modifier | modifier le code]

« Pandémonium » est un mot apparu en 1667, sous la plume du poète et pamphlétaire anglais John Milton qui le créa dans son livre intitulé Le Paradis perdu.

Étymologiquement, John Milton a formé ce mot à partir du grec ancien πᾶν / pân (« tout »), et δαίμων / daímôn (« démon »)[2]..

Description[modifier | modifier le code]

John Milton

Le Pandémonium, ou capitale de l'Enfer, est découpé en plusieurs parties : au centre, le Palais de Satan qui, selon les traductions, baigne dans des flammes infernales et abrite les pires maux, est l'édifice le plus imposant de ce « plan astral » en enfer. Devant, une sorte de compartiment clos dans lequel Satan invoquerait les pires démons de l'Enfer afin de préparer l'apocalypse. Tout autour de cet endroit, des rives de lave et des démons inférieurs sont censés garder l'entrée de cet endroit central à l'abri de quelconque problème abyssal[3].

On peut ainsi lire dans le livre I de « Le Paradis perdu » (Wikisource)

«  Cependant les hérauts ailés, par le commandement du souverain pouvoir, avec un appareil redoutable, et au son des trompettes, proclament dans toute l’armée la convocation d’un conseil solennel qui doit se tenir incontinent à Pandæmonium, la grande capitale de Satan et de ses pairs. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :