Palais de Livadia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Palais de Livadia
Image illustrative de l’article Palais de Livadia
Façade du Palais de Livadia.
Nom local Лівадійский палац
Période ou style Style renaissance
Architecte Nikolaï Krasnov
Début construction Années 1860
Fin construction 1911
Propriétaire initial Alexandre II de Russie
Destination actuelle Musée
Site web ливадийский-дворец.рфVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées 44° 28′ 04″ nord, 34° 08′ 36″ est
Pays Drapeau de la Russie Russie
Région historique Crimée
Localité Livadia
Géolocalisation sur la carte : Crimée
(Voir situation sur carte : Crimée)
Palais de Livadia

Le palais de Livadia ou de Livadie (en russe : Ливадийский дворец, Livadiski dvorets ; en ukrainien : Лівадійский палац, Livadiïskyï palats ; en tatar de Crimée : Livadiya sarayı) est un ancien lieu de villégiature estivale des derniers souverains de Russie, en particulier du dernier empereur de Russie Nicolas II et de sa famille.

Ce palais se trouve à Livadia, à 3 km de Yalta, en Crimée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Formation du domaine[modifier | modifier le code]

En 1790, Catherine II attribue un domaine au corsaire grec Lambros Katsonis, chassé de ses bases de la Mer Égée par une offensive franco-ottomane. Celui-ci lui donne le nom de Livadia, en l'honneur de sa ville natale, Livadiá, en Béotie. Le domaine passe ensuite à Théodose Révéliotis (ru), commandant du bataillon de Balaclava (en), unité de soldats grecs au service de la Russie[1],[2],[3].

Résidence impériale[modifier | modifier le code]

Le domaine est acheté en 1834 par le comte Leon Potocki, qui y fait construire une villa. Elle est achetée par l'empereur Alexandre II qui fait construire à sa place un grand palais, un petit palais et une église[4] en 1861 par l'architecte italien Ippolito Monigheti (en). Son fils Alexandre III et surtout son épouse aiment à s'y reposer. C'est ici que l'empereur meurt.

Lorsque Nicolas II monte sur le trône, il revient plusieurs fois en famille au palais de Livadia, avec le désir de reconstruire le palais, à cause du triste souvenir de la mort de son père, à laquelle il assiste en 1894. C'est ce qu'il fait après un séjour en Italie, en 1909, où le couple impérial s'enflamme pour le style renaissance. Aussi, pour plaire à l'impératrice Alexandra qui souhaite un lieu retiré avec toutes les commodités modernes (téléphone, électricité, etc.), l'empereur fait appel à l'architecte Nikolaï Krasnov. Les plans sont largement discutés en famille, comme nous l'indique le journal intime de Nicolas II. Il est décidé que les quatre façades seront toutes différentes avec des tours, dont une tour florentine. Le nouveau palais de marbre de Carrare blanc et de granite de Crimée avec son patio italien et son patio mauresque est inauguré le . Il comporte 116 pièces, avec des salons et des appartements de styles différents.

Après la révolution de 1917[modifier | modifier le code]

Le salon Blanc, où se tint la Conférence de Yalta.

Après que tout le décor intérieur, le mobilier, les archives aient été pillés, détruits ou dispersés, le palais abrite une maison de repos pour les commissaires politiques et leurs familles.

En , le palais accueille la conférence de Yalta et abrite les appartements de Franklin D. Roosevelt et des autres membres de la délégation américaine.

En 1954, la Crimée est donnée par Khrouchtchev, comme signe d'amitié entre la Russie soviétique et l'Ukraine soviétique et le palais est ponctuellement utilisé par les autorités ukrainiennes lors de sommets internationaux.

En 2014, après le retour de la Crimée à la Russie, le palais est intégré au patrimoine russe et devient un musée.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (ru) « Site officiel de Livadia »
  2. (el) Panos Stamou, « Événements - Activités » [archive du ], Société livadienne « Lambros Katsonis »
  3. (el) Panos Stamou, « Approche d'un personnage historique d'après les archives : le cas de Lambros Katsonis » [doc], Centre culturel grec de Moscou
  4. L'église de l'Exaltation de la Croix, construite en 1866, est reliée par une galerie au palais principal actuel.

Sur les autres projets Wikimedia :