Oxydation partielle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la chimie
Cet article est une ébauche concernant la chimie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

En chimie, une oxydation partielle (en anglais, partial oxidation : POX) est une réaction chimique qui survient lorsqu'un mélange sous-stœchiométrique de fioul et d'air est partiellement brûlé dans un reformeur, ce qui crée un syngas riche en hydrogène. Ce gaz sert le plus souvent d'intrant dans un procédé chimique.

Il existe des variantes à cette réaction. Par exemple, pour les besoins du procédé Haber-Bosch, du fioul lourd est réchauffé, mélangé à de la vapeur et à de l'oxygène, puis brûlé entre 1 200 °C et 1 500 °C[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Smil, 2001, p. 117-118

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Vaclav Smil, Enriching the Earth: Fritz Haber, Carl Bosch, and the Transformation of World Food Production, The MIT Press,‎ , 358 p. (ISBN 978-0-262-69313-4)