Olivier Bordaçarre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Olivier Bordaçarre
Description de l'image Bordaçarre 2015.jpg.
Naissance
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

  • La France tranquille
  • Dernier désir
  • Accidents

Olivier Bordaçarre, né le à Paris, est un écrivain français, également metteur en scène de théâtre, dramaturge et comédien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Olivier Bordaçarre est né à Paris en 1966.

Il devient comédien pour la compagnie du Théâtre en Deux de Sylvie Haggaï en 1992, puis poursuit sa formation avec Ariane Mnouchkine, Alain Gintzburger, Élisabeth Chailloux et Mario Gonzalez[1], et joue dans les spectacles d’Anne-Laure Liégeois, Alain Héril, Jacques Frot, Évelyne Fagnen, Kamel Basli, Anne-Louise de Ségogne, Martial Anton[2].

Il est également formateur en technique théâtrale depuis 1995. Il anime régulièrement depuis lors des ateliers de théâtre et d'écriture pour divers types de publics. Il encadre de nombreux stages et ateliers de formation (théâtre, écriture, lecture) dans des structures telles que l'école d'art de la Comète à Paris[3], les CEMEA, des collèges et lycées, des associations théâtrales, des compagnies d’amateurs, des hôpitaux psychiatriques, des instituts médico-psychopédagogiques ou des associations d’insertion professionnelle[4].

Il fonde la compagnie Le Théâtre de l'Olivier en 2000 et y écrit ses propres créations théâtrales.

Son premier roman, Géométrie variable (2006), plonge dans le quotidien d'un acteur de théâtre tout juste en train de "percer", et confronté à divers dilemmes et souvenirs difficiles. Le roman constitue également un lipogramme en C[5]. Son deuxième roman, Régime sec est publié en 2008. Son troisième roman, La France tranquille (2011), sous couvert d'enquête beauceronne à propos d'un serial killer, interroge les dérives potentiellement fascistes de la France contemporaine[6]. Son quatrième roman, Dernier Désir (2014) tisse une fable contemporaine autour de deux maisons d'éclusier désaffectées dans le Berry, du mythe du vampire et des enjeux de la société de consommation[7]. Son cinquième roman, Accidents, paraît aux éditions Phébus en . Son sixième roman, Le sexe du ministre, est publié chez le même éditeur en .

Après avoir séjourné quelques années dans le Berry, en Touraine et en Bretagne[2], il vit dans l'Allier, à Verneix[8].

Bordaçarre acteur.jpg

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Souvenirs d'école, mise en scène de témoignages d'anciens écoliers (1920-1990), théâtre, 2000.
  • Poésie et Théâtre, Retz, 2002.
  • Embouteillage, théâtre, 2004.
  • Dis ?, théâtre, 2005.
  • Confidences nocturnes - Comédie insomniaque, théâtre, 2005, revu en 2013 et en 2016[9].
  • Alfred et Gâpette, puis Gâpette et Bouchon, théâtre, 2005.
  • Géométrie variable, roman, Fayard, 2006.
  • Protégeons les hérissons, monologues - avec Damien Daufresne (photographies), La Diseuse, 2007 - Rééd. Antidata, 2014.
  • Régime sec, roman, Fayard, 2008[10].
  • Le Matador, nouvelle, 2008.
  • La France tranquille, roman, Fayard, 2011[6],[11] - Rééd. Milady, 2016.
  • Un festin nu, poésie, Tarabuste, 2011.
  • Ariane ou Naxos-Elégie, théâtre, 2013[12].
  • Manger M'Alice, roman, Ska, 2013.
  • Jeunesse de plomb, nouvelle, Antidata, 2014 (en volume avec Protégeons les hérissons).
  • Dernier Désir, roman, Fayard, 2014[7] - Rééd. Le Livre de poche, 2015.
    • Prix de la Ville (Mauves en noir) 2015.
  • Accidents, roman, Phébus, 2016[8].
  • Le sexe du ministre, roman, Phébus, 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Olivier Bordaçarre », sur Festival Toulouse Polars du Sud, (consulté le 6 novembre 2016)
  2. a et b Marie-Line Quéau, « Olivier Bordaçarre à livre ouvert », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le 6 novembre 2016)
  3. « CV de Bénédicte Gougeon », sur Compagnie Le Mouton Carré,
  4. Maison des écrivains et de la littérature, « Olivier Bordacarre », (consulté le 9 novembre 2016)
  5. Baptiste Liger, « L'odyssée sans «c» d'Olivier Bordaçarre », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le 6 novembre 2016)
  6. a et b Hubert Prolongeau, « "La France tranquille", d'Olivier Bordaçarre », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2016)
  7. a et b Jean-Claude Lebrun, « Olivier Bordaçarre Une fable noire », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le 6 novembre 2016)
  8. a et b « La beauté en toile de fond », Le Berry Républicain,‎ (lire en ligne, consulté le 6 novembre 2016)
  9. « Confidences nocturnes - Comédie insomniaque - Programme du OFF 2016 - Avignon Festival & Compagnies », sur www.avignonleoff.com (consulté le 6 novembre 2016)
  10. Bruno Portesi, « Au bout de notre pente. », sur Parutions, (consulté le 6 novembre 2016)
  11. Jean-Claude Lebrun, « Olivier Bordaçarre Façon de polariser », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2016)
  12. « Ariane ou Naxos-Elégie », sur Compagnie des Sept Epées, (consulté le 6 novembre 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]