Nzita Henriques Tiago

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nzita Henriques Tiago
Illustration.
Nzita Tiago en 2011
Fonctions
Président du FLEC
Successeur Emmanuel Nzita
Biographie
Nom de naissance Nzita Henriques Tiago
Date de naissance
Lieu de naissance Dinge à Cabinda
Date de décès (à 88 ans)
Lieu de décès Paris (France)
Parti politique FLEC
Enfants Emmanuel Nzita, Antoine Nzita
Entourage Patrice Lumumba, Joseph Kasa-Vubu, Omar Bongo, Holden Roberto, N'lanvu Normand, Jonas Malheiro Savimbi
Religion Catholicisme

Nzita Henriques Tiago

Nzita Henriques Tiago, né le et mort le à Paris, (France), est un homme d'État, président du FLEC, un leader historique de la résistance cabindaise. Issu de l’ethnie Lidji. Il a été le cofondateur du Front de Libération de l'Enclave de Cabinda FLEC, créée en 1963 pour lutter contre la domination coloniale portugaise. À sa mort, son fils, Emmanuel Nzita, lui succède quelques jours plus tard[1],[2].

Naissance[modifier | modifier le code]

né le 14 juillet 1927 à la mission de San Jose De Luali dans la région de Dinge, Cabinda, dans une famille modeste, d'un père d'origine de Mboma-Lubinda et d'une mère d'origine de Tchilunga, un petit village dans le Territoire de Malembo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le 30 juin 1974, Nzita Henriques Tiago, sorti de la prison de São Nicolau en Angola où il a été enfermé par la PIDE, a ouvert un Bureau du FLEC à Tchiowa, capitale du Cabinda, avec l’autorisation de Thermundu Barata, Gouverneur et Représentant de la Couronne Portugaise au Cabinda.

Il était le seul leader historique et charismatique qui symbolise effectivement la lutte du peuple cabindais pour son autodétermination et son indépendance notamment par la constance de ses convictions et surtout par son sens de sacrifice illustré par son très long séjour de douze ans dans le maquis du FLEC dans le Territoire du Cabinda à partir de 1977[3],[4],[5].

Nzita Henriques Tiago à Cabinda[modifier | modifier le code]

Nzita Tiago à Cabinda en 1978

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]