Nos femmes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nos Femmes
Réalisation Richard Berry
Scénario Éric Assous
Acteurs principaux
Sociétés de production La Petite Reine
TF1 Films Production
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre comédie dramatique
Durée 97 minutes
Sortie 2015

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Nos Femmes est un film français réalisé par Richard Berry, sorti en 2015.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un trio de vieux amis a décidé de se réunir chez l’un deux (Max). Simon arrive en retard et paraît tout catastrophé, il dit avoir étranglé, sous l’emprise de la colère, sa femme Estelle. Il demande à ses amis de lui servir d’alibi. Max et Paul sont plutôt réticents, dilemme entre justice et amitié…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Adaptation[modifier | modifier le code]

Éric Assous adapte ici sa pièce de théâtre Nos femmes, créée au théâtre de Paris le 24 septembre 2013. Pour cette création, la mise en scène était déjà signée Richard Berry, et les trois rôles masculins interprétés par Richard Berry lui-même, entouré de Daniel Auteuil et Didier Flamand. La pièce est reprise au théâtre de Paris puis en tournée à partir de janvier 2015 avec une distribution renouvelée : aux côtés de Richard Berry, se trouvent désormais Jean Reno et Patrick Braoudé.

Critiques[modifier | modifier le code]

Très rapidement après la sortie du film, de nombreuses critiques dénoncent le fait que le scénario soit basé sur un féminicide commis par un mari, ce à des fins comiques[1],[2],[3]. L'utilisation comme MacGuffin - prétexte au développement du scénario - d'un meurtre conjugal est vu par ces critiques comme une banalisation de ces violences et a mobilisé des associations de défense des droits des femmes et de particuliers sur les réseaux sociaux. Certains y voient un appel au spectateur à rire d'un meurtre, tout en demandant de la compassion pour le meurtrier. Certains estiment que l'histoire se prêtait mieux au genre théâtral (le film étant adapté d'une pièce écrite par Éric Assous) en raison du caractère nécessairement "exagéré et amplifié", particulièrement du Boulevard, mais que le cinéma ne saurait le traduire avec "subtilité" [2]. Outre la banalisation de la violence, la possessivité du père envers sa fille est également dénoncée comme une objectivation de la femme («Tu peux tuer ta femme, mais je te pète la gueule si tu couches avec ma fille.») [1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « «Nos femmes»: quand le cinéma français rigole des violences conjugales », sur Slate, (consulté le 11 mai 2015)
  2. a et b « « Nos femmes », le drame d’une comédie, du boulevard à l’impasse », (consulté le 11 mai 2015)
  3. « "Nos femmes" : une tentative échouée de rire des violences conjugales », sur Marie-Claire, (consulté le 12 mai 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]