Nombre premier régulier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’algèbre
Cet article est une ébauche concernant l’algèbre.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

En mathématiques, un nombre premier p > 2 est dit régulier si une certaine propriété liée aux racines du polynôme Xp – 1 est vérifiée. Cette notion a été introduite par Ernst Kummer en 1847, en vue de démontrer le « dernier théorème de Fermat »[1], dans un article intitulé « Beweis des Fermat'schen Satzes der Unmöglichkeit von xλ+yλ = zλ für eine unendliche Anzahl Primzahlen λ ».

Définitions[modifier | modifier le code]

Un nombre premier impair p est dit régulier s'il ne divise pas le nombre de classes du corps cyclotomique ℚ(ζp), où ζp est une racine primitive p-ième de l'unité.

Une manière de tester la régularité en pratique est donnée par le critère de Kummer : p est régulier si et seulement s'il ne divise le numérateur d'aucun des nombres de Bernoulli Bk, pour k prenant les valeurs paires entre 2 et p – 3.

Un nombre premier irrégulier est un nombre premier impair non régulier[2]. Les nombres premiers irréguliers forment la suite A000928 de l'OEIS : 37, 59, 67, 101, etc., les réguliers formant la suite A007703.

Il existe une infinité de nombres premiers irréguliers. Plus précisément, un théorème de Metsänkylä (fi)[3] assure que pour tout sous-groupe propre H du groupe des unités de l'anneau ℤ/n, il existe une infinité de nombres premiers irréguliers dont la classe modulo n n'appartient pas à H.

En revanche, l'existence d'une infinité de nombres premiers réguliers reste une question ouverte[4].

Travaux de Kummer[modifier | modifier le code]

Le travail de Kummer permet précisément de montrer l'assertion suivante : si p est un nombre premier régulier, l'équation xp + yp = zp n'a pas de solutions pour x, y et z entiers relatifs tous non divisibles par p. Le point central de l'argument, développé en termes modernes, est qu'une telle identité se factorise en :

dans le corps ℚ(ζp). Cette égalité peut alors être interprétée comme une égalité entre le produit des idéaux (x + ζip y) et l'idéal (z) élevé à la puissance p. On peut montrer que les idéaux (x + ζip y) sont premiers entre eux ; la théorie de la décomposition des idéaux premiers et celle des anneaux de Dedekind permettent d'assurer que chacun est la puissance p-ième d'un certain autre idéal Ai ; l'idéal Api est principal, l'hypothèse que le nombre p est régulier — il n'est pas diviseur du nombre de classes de ℚ(ζp) — montre alors que l'idéal Ai lui-même est principal, ce qui fournit une égalité de la forme x + ζip y = εαp, pour une certaine unité ε. Quelques calculs permettent d'aboutir à une contradiction.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Lawrence C. Washington (de), Introduction to cyclotomic fields, [détail de l’édition] (lire en ligne), notes du chapitre 1.
  2. 2 n'est donc ni régulier, ni irrégulier.
  3. Washington 1997, p. 84.
  4. En dépit du titre de l'article de Kummer.

Articles connexes[modifier | modifier le code]