Nicolas Ouchenir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nicolas Ouchenir est un calligraphe français qui travaille dans le secteur de la mode et du design.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nicolas Ouchenir nait dans les années 1980[1] à Oberkampf[2], fils d'un père Kabyle serrurier et d'une mère Française employée administrative à la Caisse des Dépôts[3],[4]. Déjà petit, il est impressionné par l'écriture au stylo-plume du pédiatre, se concentrant sur sa main rédigeant l’ordonnance[1],[5] mais souhaite pourtant être boucher[2]. Malgré tout, il passe une petite enfance « constamment un crayon à la main, taché d'encre et de peinture »[3]. Il grandit à Belleville[6] et adolescent, il fait du graffiti dans les rues de Paris[1]. Ses parents l’emmènent régulièrement au Maroc[7]. À la suite de son bac, il fait par dépit et sans grande conviction des études de commerce[3]dont il sort diplômé[4].

Après un premier travail managérial et gestionnaire à la galerie de César Pape[2], il intègre la galerie de Jean-Gabriel Mitterrand où il écrit les invitations des vernissages à destination des clients[8]. Le bouche-à-oreille lui apporte une petite reconnaissance de son activité[2]. Il fait un voyage au Brésil « pour faire le point » et devient, entre autres, professeur à l’Alliance française pour raison financières[2]. Le séjour dure plusieurs mois et il revient avec l'idée d'être calligraphe.

Autodidacte[5], Nicolas Ouchenir commence sa carrière professionnelle de calligraphe au début des années 2000[1],[9]. Pia de Brantes le charge de réaliser ses invitations[8]. L'un de ses premiers clients lui demande de faire les cartons pour un mariage au château de Versailles, puis les commandes s'emballent[6]. Il débute avec Rick Owens et Miuccia Prada[2]. En quelques années, l'habitude vient dans la mode de remplacer les traditionnelles invitations imprimées ou étiquettes par des réalisations manuscrites[2] où le nom de chaque invité est rempli à la main[10]. Il devient « le stylo » présent derrière nombre de maisons de mode prestigieuses[8],[9].

Dans son atelier du 8e arrondissement de Paris, entouré de son équipe ou seul, Nicolas Ouchenir réalise jusqu'à 1 000 invitations par jour durant les Fashion weeks parisiennes[8] et 15 à 20 000 au total durant cette période des défilés qui se reproduit plusieurs fois par an, pour environ une soixantaine de clients[1],[6]. « Il peut m'arriver de travailler toute la nuit, de m'endormir à mon bureau et de me réveiller avec de l'encre partout » précise-t-il[5].

Pas uniquement cantonné au domaine de la mode, il crée également des alphabets pour les marques[1] personnalisant le style d'écriture à chacune[5], mais également des habillages graphiques pour des maisons de champagne[6], des créations de logos, du graphisme pour les musées[2], des gravures pour des pierres tombales, des mariages ou des bar-mitsva[4], des illustrations pour des magazines, des créations de tatouages[5] ou même un t-shirt ; chaque client cherchant l'« exclusivité »[4]. Il lui arrive parfois aussi d'écrire des lettres d'amour ou des lettres de rupture[3],[1]. Inspiré par l'Art Nouveau et les années 1940[8], il utilise de nombreux ustensiles variés tels les stylos Montblanc « fontaine » ou l'encre J. Herbin parmi ses favoris[8]. Outre son travail de création, il joue aussi le rôle de consultant pour certaines marques[2] mais reste considéré « comme la référence de la calligraphie française »[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g (en) Alice Pfeiffer, « Meet calligrapher Nicolas Ouchenir, fashion’s right-hand man », sur wallpaper.com, (consulté le 3 décembre 2018)
  2. a b c d e f g h et i Garance Doré, « Career : Nicolas Ouchenir », sur atelierdore.com, (consulté le 4 décembre 2018)
  3. a b c d et e Magali Moulinet, « Pourquoi lui ? Nicolas Ouchenir », L'Obs, no 2811,‎ , p. 114 (ISSN 0029-4713)
  4. a b c et d Géraldine Dormoy, « Nicolas Ouchenir, calligraphe: "L'écriture sert à exprimer ses sentiments" », sur lexpress.fr, (consulté le 3 décembre 2018)
  5. a b c d et e Culturebox et AFP, « Nicolas Ouchenir calligraphie, en artiste, les cartons d'invitations des défilés », sur culturebox.francetvinfo.fr, (consulté le 3 décembre 2018)
  6. a b c et d (en) Suleman Anaya, « Nicolas Ouchenir, Calligrapher », sur businessoffashion.com, (consulté le 3 décembre 2018)
  7. Vicky Chahine, « Le Maroc de Nicolas Ouchenir », sur lemonde.fr, M, (consulté le 3 décembre 2018)
  8. a b c d e et f (en) Dan Thawley, « Nicolas Ouchenir, Paris Fashion’s Pen and Ink », sur interviewmagazine.com, (consulté le 3 décembre 2018)
  9. a et b Céline Vautard, « Haute Couture et savoir-faire (I) : la calligraphie de Nicolas Ouchenir », sur fashionunited.fr,
  10. Alban Agnoux, « Le nouvel ordre des défilés : Nicolas Ouchenir, la plume des défilés », O, vol. supplément à L'Obs, no 13,‎ , p. 52

Liens externes[modifier | modifier le code]