Nicholas Suntzeff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nicholas Suntzeff
Description de cette image, également commentée ci-après

Nicholas B. Suntzeff en 2009

Naissance (64 ans)
Berkeley (Drapeau des États-Unis États-Unis)
Domaines Astronomie
Institutions Université de Californie à Santa Cruz
Directeur de thèse Robert Kraft

Nicholas B. Suntzeff (né le , à Berkeley (États-Unis) est titulaire de la chaire d'astronomie Mitchell/Heep/Munnerlyn au département de physique et astronomie de l'université Texas A&M, où il est également le directeur du programme d'astronomie. C'est un astronome spécialisé dans l'observation en cosmologie, les supernovae, le populations stellaires, et l'instrumentation astronomique.

Études[modifier | modifier le code]

Suntzeff est diplômé du lycée Redwood High School de Larkspur, en Californie. Il a obtenu son Bachelor of sciences avec mention en mathématiques à l'université Stanford en 1974, et son doctorat en astronomie et astrophysique à l'université de Californie à Santa Cruz et à l'observatoire Lick en 1980. Son directeur de thèse était Robert Kraft.

Travaux[modifier | modifier le code]

En 1986, en travaillant avec Mark M. Phillips au Cerro Tololo Inter-American Observatory (CTIO), Suntzeff utilisa les caméras cryogéniques à CCD développées récemment pour produire la première courbe lumineuse moderne d'une supernova[1]. Le calibrage fondamental des distances aux supernovae de type Ia fut inventé par le Calán/Tololo Supernova Survey[2],[3] fondé par Mario Hamuy, Jose Maza, Mark M. Phillips, et Suntzeff. Le relevé, décidé après une discussion au cours de la réunion de Santa Clara sur les supernovae[4] et les encouragements d'Allan R. Sandage pour l'utilisation des supernovae de Type Ia pour la mesure de la constante de Hubble, H0, et du paramètre de décélération, q0, s'étala de 1990 à 1995, et fournit les méthodes initiales pour la mesure de précision des distances aux galaxies externes[5], ce qui conduisit à une valeur précise de la constante de Hubble[6],[7].

En continuant de travailler sur le Calán/Tololo Survey, Suntzeff avec Brian P. Schmidt cofondèrent le High-Z supernovae search team en 1994, qui utilisa les observations des supernovae extragalactiques pour la découverte de l'accélération de l'expansion de l'Univers[8],[9]. Cette accélération universelle induit l'existence d'énergie sombre compatible avec la constante cosmologique de la théorie de la Relativité générale d'Einstein. Elle a été élue percée scientifique majeure de 1998 par la revue Science[10].

Avant 2006, il était directeur scientifique associé au National Optical Astronomy Observatory américain, et astronome à l'observatoire interaméricain du Cerro Tololo. De 1982 à 1986, il était membre de l'observatoire de Las Campanas, des observatoires du Mont Wilson et de Las Campanas, que l'on appelle maintenant les observatoires de la Carnegie Institution pour la science. En 2010, il fut élu vice-président de l'Union américaine d'astronomie. Il a reçu une Jefferson Senior Science Fellowship en 2010 de la part de l'Académie nationale des sciences américaine pour travailler au département d'État américain.

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Nicholas Suntzeff » (voir la liste des auteurs).

  1. Phillips, M. M., et al., « The Type Ia Supernova 1986G in NGC 5128 - Optical Photometry and Spectra », Publications of the Astronomical Society of the Pacific, vol. 99,‎ , p. 592–605 (DOI 10.1086/132020, Bibcode 1987PASP...99..592P)
  2. Phillips, M. M., « The absolute magnitudes of Type IA supernovae », Astrophysical Journal Letters, vol. 413,‎ , p. L105–L108 (DOI 10.1086/186970, Bibcode 1993ApJ...413L.105P)
  3. Hamuy, M. et al., « The 1990 Calan/Tololo Supernova Search », The Astronomical Journal, vol. 106, no 6,‎ , p. 2392–2407 (DOI 10.1086/116811, Bibcode 1993AJ....106.2392H)
  4. Supernovae. The 10° Santa Cruz Workshop in Astronomy and Astrophysics, tenu du 9 au 21 juillet 1989, au Lick Observatory. Editor, S.E. Woosley; Springer-Verlag, New York, 1991.
  5. Hamuy, M., et al., « The Morphology of Type IA Supernovae Light Curves », The Astronomical Journal, vol. 112,‎ , p. 2438 (DOI 10.1086/118193, Bibcode 1996AJ....112.2438H)
  6. Suntzeff, N.B. et al., « Optical Light Curve of the Type IA Supernova 1998BU in M96 and the Supernova Calibration of the Hubble Constant », The Astronomical Journal, vol. 117, no 3,‎ , p. 1175–1184 (DOI 10.1086/300771, Bibcode 1999AJ....117.1175S)
  7. Freedman, W. et al., « Final Results from the Hubble Space Telescope Key Project to Measure the Hubble Constant », The Astrophysical Journal, vol. 553, no 1,‎ , p. 47–72 (DOI 10.1086/320638, Bibcode 2001ApJ...553...47F)
  8. Riess, A. et al., « Observational Evidence from Supernovae for an Accelerating Universe and a Cosmological Constant », The Astronomical Journal, vol. 116, no 3,‎ , p. 1009–1038 (DOI 10.1086/300499, Bibcode 1998AJ....116.1009R)
  9. Perlmutter, S. et al., « Measurements of Omega and Lambda from 42 High-Redshift Supernovae », The Astrophysical Journal, vol. 517, no 2,‎ , p. 565–586 (DOI 10.1086/307221, Bibcode 1999ApJ...517..565P)
  10. James Glanz, « BREAKTHROUGH OF THE YEAR: ASTRONOMY: Cosmic Motion Revealed », Science, vol. 282, no 5397,‎ , p. 2156–2157 (DOI 10.1126/science.282.5397.2156a, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]