Nice TNL

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nice TNL
upright=100px
Nice TNL P1000635.jpg
Façade de Nice TNL à l’angle du boulevard du Général Louis Delfino et la rue de Roquebillière
Type
Emplacement
Slogan
« Tout Nice L’aime »
Commerces
60
Stationnements
1 350
Autobus
  3   37 
Site web
Coordonnées
Localisation sur la carte de Nice
voir sur la carte de Nice
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Provence-Alpes-Côte d'Azur
voir sur la carte de Provence-Alpes-Côte d'Azur
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Nice TNL(Tramway de Nice Littoral) est un centre commercial niçois situé dans le quartier de Riquier. Il se compose d'un hypermarché Carrefour et d'une galerie marchande de 60 enseignes.

Le centre a été construit sur un ancien dépôt de tramway de la compagnie Tramway de Nice et du Littoral (TNL), d'où son nom.

Historique[modifier | modifier le code]

Au cœur de Nice

Un nom sonne comme l’expression populaire de Nice, c’est Riquier. Ce quartier irrigué par de nombreuses sources était un lieu attirant pour toute une population qui souhaitait s’installer et s’établir. Beaucoup de moulins furent construits irrigués par ces sources d’eau. Rapidement le quartier Riquier est devenu un espace d’activités abandonnant progressivement son environnement paysan pour devenir industriel. Dès le rattachement de Nice à la France en 1860, Riquier évolue vers un nouveau stade dans l’organisation semi industrielle de son espace. Les jardins et les horticultures laissent place à une rationalisation du quartier sous l’influence haussmanienne de l’époque. Napoléon III qui voulait remercier les niçois d’avoir choisi la France vota des dépenses considérables en implantant des avenues bordées de platanes et en structurant la ville. Riquier a toujours conservé à ce jour sa petite gare. Ce fut aussi l’ère du chemin de fer, qui naturellement trouva son berceau dans le quartier Riquier. Malausséna, Maire de l’époque donna une impulsion forte au rail. Nice Cagnes-sur-Mer, Nice Monaco, donna légitimement une gare à Riquier bien que la décision de l’implantation de la gare centrale ait donné lieu à un match très disputé.

De 1860 à 1870 en dix ans, Nice sort de son cadre traditionnel. De bourgade touristique, elle progresse très vite dans le schéma de la cité dynamique du second empire. En 1859, Riquier va connaître une décision importante avec la création d’une nouvelle et vaste manufacture de tabac. Le projet va prendre 5 ans pour construire l’ensemble immobilier sur des terrains plantés d’oliviers et d’orangers. 700 personnes sont immédiatement recrutées sur le site dès son ouverture.

Entre 1880 et 1890 Riquier accueille les émigrés du Piémont. Durs travailleurs et déterminés à s’intégrer, ce sang neuf se diffuse en ville et la « Manu » gros pourvoyeur de postes illustre bien la culture paternaliste de l’époque. Des crèches et des cours du soir sont instaurés pour permettre aux employés de se mettre à niveau sur le plan linguistique. Tout était fait pour consolider l’emploi. Avec l’entrepôt des TNL, Riquier était à cette époque le quartier populaire de Nice mais surtout le poumon des forces vives.

Le centre urbain Nice TNL

Sur une surface laissée libre de 3 ha, le projet comprenait 250 logements, un centre médical de 1 000 m2, 15 000 m2 de jardins aménagés sur Dalle, 10 000 m2 de locaux communaux avec crèche, un centre commercial avec un hyper de 6000m2, 80 boutiques et un parking de 1350 places sur deux niveaux. Un ensemble qui a coûté 300 millions de Francs (plus de 45 millions d’euros) pour 150 000 m2 développés ! Pour les chiffres, le projet Nice TNL était très conséquent et provoqua d’ailleurs quelques escarmouches avec les riverains qui ont contesté l’implantation de ce projet. Il a fallu attendre six ans avant de commencer les travaux. Un des points forts du projet, c’est le premier centre urbain développé en France qui a ouvert ses portes en 1981.

Force est de constater que le centre commercial a très bien démarré. La performance des visites, jusqu’à 70 000 personnes/ jour, atteste de la pertinence d’un centre commercial situé en plein cœur de la ville. À l’époque du lancement de Nice TNL, l’offre de surfaces commerciales était déjà fournie à Nice ; Cap 3000 en 1969, Carrefour Lingostière en 1978, Auchan La Trinité et bien sûr le centre ville, bien équipé, avec les Grands Magasins Riviera, les Galeries Lafayette, des Prisunic, des Casino et des Leclerc. Le pari n’était pas gagné et pourtant le succès fut au rendez-vous dès l’ouverture. Par ailleurs, un petit clin d’œil avec la localisation géographique dans le quartier Riquier, le centre commercial opta pour un système de pompe à chaleur directement alimenté par la nappe phréatique. Ce système de pompe à chaleur permet d’économiser 40 % de la consommation normale (soit 250 000 litres de fuel en moins par an) Il climatise en froid et en chaud l’ensemble du programme immobilier.

Nice TNL est un des rares centres commerciaux qui ont un hypermarché en centre ville. Sa zone de chalandise représente 487 000 habitants dont 300 000 à moins de 10 minutes.

Il accueille près de 25 000 visiteurs par jour. Avec 60 boutiques réparties sur 29 600 m2 GLA, le Centre Commercial Nice TNL propose une offre diversifiée. Nice TNL est un lieu de détente et d'expériences multiples où on peut prendre le temps de flâner, d'admirer, de se poser, de jouer... Une véritable adresse bon plan pour les familles 100 % shopping !

L’origine des ateliers Nice TNL

En 1876 avec les premiers tramways tirés par des chevaux, la Place Masséna était le nœud central de plusieurs lignes. Avec l’électrification et l’extension importante du réseau, près de 13 km, la recherche d’un dépôt adapté et plus important fut décidée. En 1889, c‘est loin des quartiers luxueux et touristiques que fut implantée cette immense gare routière de tramway. Toutes les équipes de maintenance et les habitations du personnel étaient regroupées. Une ville dans la ville avec 2 km de garages couverts, une usine de production électrique, un parc impressionnant ; 187 motrices, 91 remorques, 13 tracteurs et 162 wagons… En 1910 Riquier était animé par cet ensemble vital à la circulation des biens et des personnes dans la région de Nice. C’est vers les années 20 que l’automobile avec les lignes naissantes de bus va porter concurrence grâce à sa souplesse au dispositif lourd de TNL. En 1974, le dépôt de Saint Agathe disparaît pour se déplacer à 10 km de la ville à Drap.

À ce jour Nice TNL est un vaste ensemble résidentiel et commercial qui porte le nom de l'ancien site sur lequel il a été construit appartenant aux Transports de Nice et du Littoral : le dépôt du boulevard Sainte-Agathe (aujourd'hui le boulevard Delfino).

Liens externes[modifier | modifier le code]