New York City Breakers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

New York City Breakers est un groupe de break dance new-yorkais (originaire du Bronx) fondé au début des années 1980 par le manager Michael Holman (en)[1]. Précurseurs du break dance dans le mouvement hip-hop, avec leurs rivaux du Rock Steady Crew[2], ils ont été un des groupes de danse break dance les plus connus de leur époque[3]. Ils notamment ont participé à l'émergence de cette discipline dans la culture populaire en participant à des événements très médiatisés comme la cérémonie de clôture des jeux olympiques de Los Angeles en 1984, des publicités télévisées et les festivités d'investiture de Ronald Reagan[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les New York City Breakers est un groupe de break danse originaire du quartier de Kingsbridge dans le Bronx, initialement connu sous le nom « Floor Masters ».

Membres[modifier | modifier le code]

Membres fondateurs
  • Chino « Action » Lopez
  • Noel « Kid Nice » Mangual
  • Matthew « Glide Master » Caban
  • Tony « Powerful Pexster » Lopez
  • Ray « Lil Lep » Ramos
Autres membres
  • Bobby « Flip Rock » Potts
  • Dennis« Kid Romance » Deleon
  • Tony « Mr. Wave » Draughon aka Tony Wesley
  • Corey « Icey Ice » Montalvo
  • London « B-Boy London » Reyes
  • Alex « Lil Alex » Roman
  • Mitchell « Speedy Dee » Martinez
  • Takahiro « ENGIN#9 » Fujita

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Michael Holman, Breaking and the New York City Breakers, Freundlich Books, , 176 p. (ISBN 0881910163)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mohanalakshmi Rajakumar, Hip Hop Dance, ABC-CLIO, (ISBN 978-0-313-37846-1, lire en ligne), p. 35
  2. a et b Mohanalakshmi Rajakumar, Hip Hop Dance, ABC-CLIO, (ISBN 978-0-313-37846-1, lire en ligne), p. 39-40
  3. Corinne Plantin, Américanisation culturelle : Les cultures urbaines états-uniennes dans l’agglomération foyalaise : Exemples du hip-hop, du body system et de la glisse urbaine (1999-2002), Editions Publibook, 22 décember 2011 (ISBN 978-2-7483-7263-2, lire en ligne), p. 73