Ndayane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ndayane
Administration
Pays Sénégal Sénégal
Région Thiès
Département M'bour
Démographie
Population 4 331 hab. (2003)
Géographie
Coordonnées 14° 33′ 54″ N 17° 07′ 32″ O / 14.565, -17.1255614° 33′ 54″ Nord 17° 07′ 32″ Ouest / 14.565, -17.12556
Altitude 10 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sénégal (administrative)

Voir la carte administrative du Sénégal
City locator 14.svg
Ndayane

Géolocalisation sur la carte : Sénégal (relief)

Voir la carte topographique du Sénégal
City locator 14.svg
Ndayane

Ndayane (ou Ndeyane) est un village lébou de l'ouest du Sénégal, situé sur la Petite-Côte au sud de Dakar. Depuis 2008, avec la localité voisine de Popenguine, il a été érigé en commune sous le nom de « Popenguine-Ndayane ».

Ndayane a été immortalisé par une nouvelle de Birago Diop, « La cuiller sale », publiée dans son recueil Les Nouveaux Contes d'Amadou Koumba[1], et dont l'action se passe à Ndayane[2]. Omar Pène lui a également consacré une chanson popyulaire[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Ndayane est liée au conte de Xalé ma Démoon guédjou Ndayane (l'enfant qui était parti à la mer de Ndayane).

Le village fut habité d'abord par les Sossés (nom des Mandingues au Sénégal). Les Sérères et les Lébous sont arrivés par la suite[2].

Le dernier chef de village était Youssou Séne qui a succédé à son père Mouhoune Séne en 1980, après le décès de ce dernier.

Le village doit faire les courses de pirogue, cela fait partie de l'histoire de Ndayane.

Administration[modifier | modifier le code]

Ndayane était avec Diass l'un des plus gros villages de la communauté rurale de Diass, rattaché au département de M'bour (région de Thiès). Ndayane est érigé avec Popenguine en une commune dénommée « Popenguine-Ndayane » depuis le 10 juillet 2008. Le premier Maire est Mamadou Mansour Thiandoum, élu le 14 avril 2009 par un conseil municipal de 36 membres.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ndayane se trouve à proximité du cap de Naze, sur la côte tout juste après Toubab Dialo et constitue avec Popenguine la frange maritime de la communauté rurale.

Les différents quartiers sont : Keuri Kaw, Thiothié, Santhiaba, Kaw ka, Keur Goumack, HLM Grande mosquée, HLM Forage, HLM1, HLM2, Tilène.

Population[modifier | modifier le code]

Ndayane comptait 4 331 habitants et 494 ménages en 2003[3].

Ndayane est le seul village lébou de la communauté rurale de Diass.

Activités économiques[modifier | modifier le code]

L'économie du village a longtemps été basée sur l’agriculture. On y cultivait le mil, le sorgho et l'arachide, qui était commercialisée. Mais, du fait de la sécheresse, l’agriculture a perdu du terrain au profit de la pêche, qui est devenue le moteur de l'organisation socio-économique locale[2].

Ndayane compte actuellement plus de 300 pirogues motorisées. Nombre de ces pêcheurs quittent le village pour travailler une terre plus fertile dans les autres villages de la petite côte comme Joal et Djifére.

La ville de Ndayane compte actuellement plusieurs campements et aménagements touristiques.

Partenariat[modifier | modifier le code]

Ndayane a noué des partenariats avec plusieurs associations telles que Lébous du monde, les Apprentis d'Auteuil ou Ebenea[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice du SUDOC [1]
  2. a, b, c et d « Il était une fois, le village où le conte se jette dans la réalité... », in Le Soleil, 22 août 1914 [2]
  3. Ndayane sur le site du PEPAM

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mamadou Ndoye, Le passage de l'économie agricole à l'économie de pêche : les changements sociaux à Ndayane, mémoire de l'Université Cheikh Anta Diop, 1998 [3]

Liens externes[modifier | modifier le code]