Petite-Côte (Sénégal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Petite-Côte.
Petite-Côte
Pays Drapeau du Sénégal Sénégal
Régions Dakar, Fatick, Thiès
Coordonnées géographiques 14° 24′ 44″ N, 16° 59′ 13″ O
Étendue d'eau Océan Atlantique
Extrémités Presqu'île du Cap-Vert-Sine Saloum
Caps et péninsules Presqu'île du Cap-Vert
Ports Dakar

Géolocalisation sur la carte : Sénégal

(Voir situation sur carte : Sénégal)
Petite-Côte
Farniente à Saly.

La Petite-Côte est une section du littoral sénégalais située au sud de Dakar, entre la presqu'île du Cap-Vert et le Sine-Saloum.

Elle est désignée ainsi par rapport à la Grande-Côte, la partie du littoral située au nord de la capitale, soit entre Dakar et Saint-Louis.

Géographie[modifier | modifier le code]

Protégée par la presqu'île, la côte bénéficie d'un climat assez agréable.

Population[modifier | modifier le code]

Les habitants de cette région sont principalement des Lébous et des Sérères. Dans un pays majoritairement musulman, on perçoit ici la présence de communautés catholiques (églises, missions).

Un haut lieu du tourisme au Sénégal[modifier | modifier le code]

Les falaises de Popenguine.

C'est l'une des destinations touristiques majeures du pays, car elle comporte à la fois de belles plages, parfois bordées de falaises, et des villages de pêcheurs typiques.

Dakarois fortunés, Libanais et Français y possèdent aussi des villas ou des résidences secondaires.

Les principaux sites sont, du nord au sud : Toubab Dialo, petit village lébou ; Popenguine, lieu de pèlerinage catholique ; La Somone et sa lagune ; Saly Portudal, la plus célèbre des stations balnéaires du pays ; M'bour, plus grande ville de la côte et important port de pêche ; Warang à proximité d'un petit lac ; Nianing la paisible ; Mbodiène, propice à l'observation des oiseaux ; Ngazobil, site d'une mission catholique depuis le XIXe siècle ; et enfin les villages jumeaux de Joal-Fadiouth, souvent cités en exemple pour leur tolérance religieuse.

Au-delà, la côte sablonneuse se poursuit, vers Palmarin et Djifer, à l'embouchure du delta du Saloum, autre entité géographique.

Derrière ce littoral, on trouve plusieurs réserves naturelles, telles la Réserve de Bandia, la Réserve naturelle de Popenguine et la Réserve naturelle d'intérêt communautaire de la Somone.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Boubou Bathily, Le phénomène touristique au Sénégal : L'exemple de la Petite Côte, Université Laval (Québec), 1980 (M.A.)
  • Philippe Decraene, « Charmes et artifices de la "petite côte" sénégalaise », Afrique littéraire et artistique, n° 11, juin 1970, p. 87-91
  • Izabel De Moraes Nize, La Petite Côte d’après le Capitâo Francisco de Lemos Coelho (Ca. 1669), Paris, Université de Paris I, 200 p. (Mémoire de Maîtrise)
  • Izabel De Moraes Nize, Contribution à l'histoire de la Petite-Côte (Sénégal) au XVIIe siècle, Paris, Université de Paris I : 6 vol., Textes, 4 vol. (III+341 ; LV+409 ; XI+475 ;VIII+136 p.), synthèse, 2 vol. (X + 477 p.). (Thèse de 3e cycle)
  • Marie-Hélène Knight-Baylac, Gorée et la “Petite-Côte”. Origines et développement. Les relations commerciales avec les pays du Sud (jusqu’au Rio-Grande), 1677-1789, Paris, Université de Paris, 1970, 150+V+2 p. (Mémoire de Maîtrise)
  • Pascal N'dong, L'Organisation de la pêche maritime au Sénégal ; L'Exemple de la Petite-Côte, 1973 (Thèse)
  • Frans J. Schepers (et al.), Oiseaux d'eau dans le Delta du Sine-Saloum et la Petite Côte, Sénégal, rapport WIWO, janvier 1997, publié à Dakar en 1998, 240 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]