Musée du vieil Auvillar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Musée du vieil Auvillar
Image dans Infobox.
Mairie d'Auvillac
Informations générales
Ouverture
Visiteurs par an
3 217 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Collections
Collections
Faïence, batellerie, traditions populaires
Localisation
Pays
Commune
Adresse
Mairie, 12 Place de la Halle 82340 AuvillarVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de Tarn-et-Garonne
voir sur la carte de Tarn-et-Garonne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le musée du vieil Auvillar (Tarn-et-Garonne), ou musée de la faïence et de la batellerie, est situé dans la mairie. Il regroupe les anciens musées de la faïence et de la batellerie[1].

Historique[modifier | modifier le code]

L’association des Amis du Vieil Auvillar gère le musée depuis 1930 et organise les visites commentées du patrimoine auvillarais. Les objets viennent des gens du village qui voulaient montrer la vitalité de leur village, complétés depuis.

Il a obtenu le label Musée de France en 2003.

Collections[modifier | modifier le code]

La faïence[modifier | modifier le code]

Le musée expose plus de 400 anciennes faïences locales du XVIIIe et XIXe siècles.

Il retrace les milliers de plats, assiettes et objets confectionnés entre 1739 et 1909 dans 20 petites entreprises artisanales, appelées fabriques.

La batellerie[modifier | modifier le code]

La visite du musée de la batellerie se réalise avec un système de haut-parleurs qui diffusent les informations sur l'histoire des bateaux sur la Garonne aux siècles passés.

Le port d'Auvillar est un ancien centre de la batellerie sur la Garonne et a pour origine un ancien péage fluvial déjà connu en 1204.

Autres collections[modifier | modifier le code]

Le musée expose aussi une collection de plume d'oie à écrire.

Favorisée par une région de dense élevages de volailles, la production s'élevait à la fin du XVIIIe siècle à plusieurs centaines de milliers de plumes. Chaque aile d'oie ne donnait que quelques rémiges de grande qualité dites « plumes de marque » à canon très large.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]