Lunaria annua

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Monnaie-du-pape)
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Lunaire annuelle, Monnaie-du-Pape

La Lunaire annuelle ou la Monnaie-du-Pape (Lunaria annua) est une plante herbacée d'Europe de la famille des Brassicacées, annuelle ou bisannuelle, aux feuilles tomenteuses. Elle est parfois appelée Médaille de Judas ou Herbe aux écus.

Historique et dénomination[modifier | modifier le code]

L'espèce a été décrite par le naturaliste suédois Carl von Linné en 1753[1].

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

Ils proviennent de la forme circulaire et translucide des fruits, comparables à des pièces de monnaie : Monnaie-du-Pape, Médaille de Judas (allusion aux trente pièces d'argent que Judas a reçues pour trahir Jésus), Herbe aux écus[2].

Description[modifier | modifier le code]

La plante peut atteindre 120 cm pour un diamètre de 50 cm si les conditions de culture lui sont favorables.

Les feuilles ovales, cordiformes, dentées, d'un vert moyen à clair, font 10 à 15 cm de long.

En mai-juin, les inflorescences apparaissent en larges grappes feuillues de 10 à 20 cm de long, s'allongeant au fur et à mesure de la floraison. La fleur de 5 à 20 mm de diamètre, est formée de quatre pétales blanches à violet pâle,

Les fruits sont des siliques plates de 3 à 8 cm de long. Les graines sont visibles à l'intérieur de la silique grâce aux deux valves transparentes les renfermant, d'abord vertes puis beiges. Lorsque ces valves externes se soulèvent, du bas vers le haut, la cloison séparant les deux loges de graines apparaît, montrant un aspect de pièce de monnaie nacrée, munie d'un reste des styles de l'ovaire de 5 à 10 mm de long[3].

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Selon IPNI, cette espèce compte une sous-espèce, localisée en Bulgarie :

  • Lunaria annua L. var. oppositifolia Cheshm., 1977
Vase Monnaie du Pape, Daum Frères & Cie., 1894-1896

Divers[modifier | modifier le code]

En fleuristerie, on utilise la membrane centrale nacrée de la silique en bouquets secs, après la chute des valves ou après les avoir retirées. Ce motif a été très représenté dans le mouvement Art Nouveau de l'École de Nancy[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Linnaeus, C. (1753) Species Plantarum, Tomus II: 653.
  2. « Lunaria annua, ethnobotanique », sur http://www.tela-botanica.org (consulté le 30 août 2016)
  3. « La Monnaie-du-Pape ou lunaire : une silicule », sur http://www.snv.jussieu.fr (consulté le 30 août 2016)
  4. Catherine Bourdieu, La Nature dans l'Art : l'exemple de l'École de Nancy, , 4 p. (lire en ligne [PDF])

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :