Michel Jeannès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Michel Jeannès est un artiste contemporain français né en 1958[1].

Formation[modifier | modifier le code]

Les pérégrinations artistiques de Monsieur Bouton, Exposition Ben Vautier, Musée d'art contemporain de Lyon 2010

Étudiant en psychologie à l’Université Lyon2 à la fin des années 80, il entre en contact avec l’art grâce à l’enseignement d’Annick Drevet Tvermoes, maître de conférences, qui développe une approche originale et stimulante du rêve, de l’art et de l’imaginaire.

Il s’intéresse très tôt à l’art brut et aux approches psychanalytiques de l’art et de la création. Au cours d’un stage de licence, il rencontre l’artiste Henri Ughetto qui anime alors un atelier de peinture à l’hôpital psychiatrique du hôpital psychiatrique du Vinatier. Cette rencontre va très certainement conditionner l’envie de s’engager dans une pratique artistique. Après la maîtrise, il suit pendant deux ans la formation du DEA sous la direction du Professeur Jean Guillaumin. Bien que passionné par la recherche, il ne valide pas le diplôme, estimant alors les expérimentations artistiques comme une nécessité. Il fréquente l’atelier Alma, rue Burdeau à Lyon monté dès 1975 par un collectif d’artistes : C. Crozat, L. Clément, S. Maurice, E. Ponce où il s’initie à la gravure et s’installe en Haute-Loire jusqu’en 1990.

De 1991 à 1994, Il reprend une formation en psychologie en Argentine à la Fundacion Interfas de Buenos-Aires et s’initie auprès de Dora Fried Schnitman, épistémologue et thérapeute de famille et Saul Fuks, psychologue communautaire à la pensée et aux pratiques systémiques développées dans le champ de la thérapie familiale ou du développement communautaire.

À l’université Lyon2, il complète sa formation Argentine dans le cadre d’un D.U. « Communication, modèles et systèmes », mis en œuvre et animé par feu Luis Vasquez, psychologue et thérapeute de famille, pionnier de la diffusion de la pensée systémique en France.

Sa pratique artistique « in tissu » est sous-tendue par ce parcours, à la fois intellectuel et d’action[2].

Sa pratique artistique s’inscrit dans le champ défini par les critiques comme « art contextuel » (Paul Ardenne) et « esthétique relationnelle » (Nicolas Bourriaud).

Depuis la fin des années 90, il développe une « Zone d’Intention Poétique (Z.I.P.) »  vectorisée  par la participation sociale et utilise comme objet médiateur facilitateur des rencontres, et de la transmission, un objet modeste connu de tout un chacun : le bouton. ll consacre comme « Plus Petit Objet Culturel Commun » (PPOCC) cet objet fonctionnel  et métaphore du lien (un bouton rapproche les pans du vêtement).

De 1998 à 2012, avec le collectif La Mercerie, dont il est co-fondateur, il ancre et développe essentiellement son œuvre en lien avec les acteurs sociaux et culturels et les habitants du quartier de la Duchère à Lyon.

Ailleurs, selon le contexte, il participe ou met en œuvre des expositions/interventions, envisagées d’abord comme des « chantiers participatifs » et une relation au territoire et ses habitants :

Expositions et interventions[modifier | modifier le code]

Monsieur Bouton en visite au Portugal en compagnie de Fernando Pessoa
Exposition Mercerize : Boutonner vos histoires par le collectif La Mercerie du 28 juin au 16 septembre 2012
capture d'écran : Agnès Varda évoque l'artiste michel Jeannès, alias Monsieur Bouton, qui apparaît dans trois de ses films

Il participe à des expositions telles que l’exposition Ensemble à la galerie Defacto montée par l’historien d’art et commissaire artistique Paul Ardenne.

Entretenant une relation de longue date avec la galerie Satellite (Paris), il participe régulièrement aux expositions collectives.

Son travail a été remarqué par la cinéaste Agnès Varda qui a consacré le sobriquet « Monsieur Bouton » donné à l’artiste par les habitants du quartier de la Duchère à Lyon, et lui a fait place dans trois de ses films :

Deux ans après (2002), documentaire [3] faisant suite aux Glaneurs ; Agnès de ci-de là Varda (épisode 4) (2011), Les trois boutons (2015) court-métrage dans lequel l’artiste tient son propre rôle de glaneur des boutons perdus.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Il développe aussi son travail par l'écriture : participation à des ouvrages ou en tant que directeur de publication.

Il témoigne notamment de sa pratique dans Zone d’Intention Poétique, Coll. Essais, La Lettre Volée, Bruxelles, 2005 et Filer la métaphore : du bouton aux Journées du Matrimoine, Coll. Varia, Editions Fage, Lyon 2010

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://data.bnf.fr/13573331/michel_jeannes/
  2. Terme forgé par l’artiste en clin d’œil à la notion d’art « in situ »
  3. https://www.universcine.com/films/agnes-de-ci-de-la-varda-episode-4

Liens externes[modifier | modifier le code]