Michael Vitouchko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Michael Vitouchko (en biélorusse : Міхал Вітушка), né le à Niasvij (alors située en Biélorussie, appartenant à l'Empire russe) et décédé le 27 avril 2006[1], est un activiste politique, qui a lutté pour l'indépendance de la Biélorussie[2]. Il a dirigé l'unité des "Chats noirs", organisation soutenue par les Allemands.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vitouchko a terminé l'école secondaire à Vilnius en 1930. Par la suite, il fréquente l'université de Prague et l'École polytechnique de Varsovie. De 1939 à 1940, Vitouchko était le chef de la police à Niasvij. En Auguste 1941 il était un commandant d'une unité d'autodéfense biélorusse, fondé à l'ouest de la Biélorussie. Vitouchko était l'organisateur de la police biélorusse à Minsk. De 1942 à 1943 il a organisé des forces biélorusses dans les régions de Smolensk, Briansk et Mahiliow. Vitouchko était un membre de la Bielaruskaya Narodnaya Samapomach (BNS) et un majeur de la Défense du territoire biélorusse[3].

En 1944, la Luftwaffe déclenche l'opération Liebes Kätzchen (Cher Chaton) et dans le cadre de laquelle une trentaine de Biélorusses (nommés Chats noir), dirigée par Vitoucko, sont parachutés derrière les lignes de l'Armée Rouge. Après la guerre, les guérilleros continuent la lutte avant d'être défaits par les Soviétiques en 1946. Vitouchko est lui-même traqué, capturé et exécuté, bien qu'il ait continué à vivre dans la légende du nationalisme biélorusse[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Міхал Вітушка памёр двойчы (be)
  2. Christophe Dolbeau: Face au bolchevisme: petit dictionnaire des résistances nationales à l'Est de l'Europe (1917-1989). Arctic, 2006, p. 31
  3. Antonio J. Munoz, Oleg V. Romanko: Hitler's White Russians. Collaboration, Extermination and Anti-partisan Warfare in Byelorussia, 1941–1944. Europa Books, Bayside NY 2003, (ISBN 1-891227-42-4), p. 452.
  4. Perry Biddiscombe: The SS Hunter Battalions. The Hidden History of the Nazi Resistance Movement. Tempus, Stroud 2006, p. 66.

Articles connexes[modifier | modifier le code]