Mehmet Altan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mehmet Altan
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (69 ans)
AnkaraVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Çetin Altan (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Autres informations
A travaillé pour

Mehmet Altan (né à Ankara, le ), de nationalité turque, est un écrivain, journaliste de télévision[1] et professeur d'économie à l'université d'Istanbul[2].

Famille[modifier | modifier le code]

Son père est Çetin Altan (en), socialiste, député d'un parti ouvrier de Turquie entre 1965 et 1969, et célèbre à l'époque par ses livres et ses contestations du pouvoir des militaires[2].

Son frère, Ahmet Altan, est le rédacteur en chef du quotidien Taraf (en) (« prendre parti » en turc[2]) qui fait partie des 160 organes de presse fermés depuis le coup d’État raté de [1].

Opinions[modifier | modifier le code]

Se décrivant comme marxiste-libéral, démocrate, il est un partisan de l'intégration de la Turquie à l'Union européenne[1].

Arrestation, procès et libération[modifier | modifier le code]

Arrêté le , dans la vague d'arrestations qui a suivi la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016, il est accusé de « terrorisme » et de « tentative de renversement du gouvernement par un coup d’État », pour avoir fait passer « un message subliminal de coup d’État » lors d’un débat télévisé diffusé la veille de la tentative putsch. Le , la Cour constitutionnelle turque (AYM) a annoncé que sa détention était une « violation de droit », avant de se rétracter le de la même année. Son procès s'est ouvert le [1] et le il a été condamné à la prison à la « perpétuité aggravée », ainsi que son frère Ahmet Altan et quatre autres personnes[3]. Le mercredi , après 21 mois de prison, la justice décide de le libérer sous le régime de la liberté conditionnelle. La sentence et sa condamnation à la réclusion à perpétuité n'ont pas été annulées et il reste interdit de quitter le territoire et devra pointer régulièrement auprès des autorités[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d En Turquie, perpétuité requise pour un « message subliminal de coup d’Etat », article sur le site lemonde.fr, daté du 12 février 2018.
  2. a b et c Mehmet Altan, dissident turc de père en fils, article sur le site de La Croix, daté du 12 février 2018.
  3. Turquie : six personnes condamnées à la perpétuité, un journaliste libéré, article sur le site lemonde.fr, daté du 16 février 2018.
  4. Turquie : après deux ans de prison, le journaliste Mehmet Altan est libéré, article sur le site de Le Point, daté du 28 juin 2018.