Maurice Jacob

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maurice Jacob
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
Nationalité
Activité
Enfant
Autres informations
Membre de
Distinction

Maurice Jacob ( - ) est un physicien français spécialiste en physique des particules.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maurice Jacob étudie à l'École normale supérieure de 1953 à 1957 et devient agrégé en Sciences Physiques. Au cours d'un séjour au Brookhaven National Laboratory en 1959, il développe avec Gian-Carlo Wick le formalisme d'amplitude d'hélicité pour la diffusion de particules élémentaires[1]. En 1961, il obtient un doctorat sur ce sujet à l'Université de Paris puis part comme post-doctorant à Caltech- Il travaille à Saclay de 1961 à 1967. Depuis 1967, il travaille au CERN jusqu'à sa retraite en 1998. De 1982 à 1988, il a dirigé la division de physique théorique du CERN et dans les années 1990, il était responsable des relations du CERN avec ses États membres[2].

Les travaux de recherche de Maurice Jacob portent la génération d'hadrons, notamment l'étude du plasma quarks- gluons dans les explosions ioniques fortes ainsi qu'à la physique des accélérateurs avec Tai Tsun Wu et Georges Charpak.

Il soutient Carlo Rubbia lors de la construction du collisionneur proton-antiproton d ans les années 1980.

Il préside la Société française de physique de 1985 à 2002 et de 1991 à 1993 Président de la Société Européenne de Physique. En 1993, il devient membre de la société américaine de physique. Il est corédacteur en chef de Physics Letters B et Physics Reports.

Il est nommé membre du conseil scientifique du CNRS en 1988[3].

Il est membre correspondant de l'Académie des sciences depuis 1977 membre de l'Académie suédoise des sciences et de l'Academia Europaea et également conseiller scientifique auprès de l'Agence spatiale européenne[4].

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1967 médaille d'argent du CNRS
  • Chevalier de la Légion d'honneur,

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le père de l'actrice Irène Jacob[5] et le cousin du photographe Alberto Korda.[réf. nécessaire]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les chercheurs du CERN ont créé un nouvel état de la matière », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne)
  2. « Maurice Jacob 1933–2007 », sur CERN Courier,
  3. Arrêté du 3 mars 1988 PORTANT NOMINATION AU CONSEIL SCIENTIFIQUE DU CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE (CNRS) (lire en ligne)
  4. « Maurice Jacob - Les Membres de l'Académie des sciences », sur www.academie-sciences.fr (consulté le 5 juin 2019)
  5. Natacha Rossel, « Irène Jacob: Trois couleurs et bien plus encore », Tribune de Genève,‎ (ISSN 1010-2248, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]