Maurice (animateur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maurice.
Maurice
Nom de naissance Maurice Champvert
Date de naissance (52 ans)
Lieu de naissance Le Marin, Martinique
Nationalité Drapeau de la France Française
Langue Français
Radio OÜI FM
Skyrock
Site internet Site officiel

Maurice Champvert, dit Maurice, né le au Marin en Martinique, est un animateur de radio français.

Il est notamment connu pour avoir animé dans les années 1990 des émissions de radio en libre antenne sur Ouï FM puis sur Skyrock[1]. Il crée par la suite son propre réseau de syndication autour de radios locales et régionales à travers la France, la Suisse et la Belgique, diffusant son émission radio depuis son propre studio à Paris[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Maurice commence sa carrière en 1985 à Bordeaux au sein du groupe Radio France. En 1988, il officie comme commentateur sportif à Radio France Pays basque. En 1989, il anime une émission consacrée à la moto sur Radio-France Melun[1].

OUI FM / Skyrock[modifier | modifier le code]

En 1991, l'animateur intègre OÜI FM sur la tranche 20 h-24 h. En 1993, l'émission Maurice, c'est la nuit devient le programme vedette de la station[1].

En 1994, il quitte OÜI FM pour Skyrock sur la tranche 22 h-h avec l'émission Maurice est ici[1].

Maurice Radio Libre[modifier | modifier le code]

Le , l'animateur lance « Maurice Radio Libre ». D'abord une syndication avec une programmation essentiellement rock, ce projet devient une radio en ligne dont l'émission phare qu'il anime, Maurice c'est la nuit. L'émission est reprise à certaines périodes sur des stations FM, sur le câble et le satellite.[réf. souhaitée]

À partir de 2005, lors de la période de diffusion de l'émission sur Radio Néo, les auditeurs étaient mis à contribution pour financer le fonctionnement de Maurice Radio Libre, du fait du choix de ne pas diffuser de publicité. Un compteur sur le site internet affichait l'état des finances, la poursuite de la diffusion de l'émission ne pouvant pas se faire sans le soutien financier de ses auditeurs. Ce principe de financement participatif des auditeurs a été repris à partir de la saison 2010-2011.[réf. souhaitée]

Le « Comité des Auditeurs Actifs de Maurice Radio Libre » (CAA) est une association loi de 1901 qui a pour vocation d’étudier et d'utiliser les talents, les compétences et toutes propositions des auditeurs de Maurice Radio Libre qui souhaitent lui apporter son concours. Le CAA organise des événements et concours dans le but de faire connaitre et de soutenir l'émission.[réf. souhaitée]

La boutique officielle Maurice Radio Libre propose divers objets dont le bénéfice des ventes est reversé à Maurice Radio Libre.[réf. souhaitée]

Un style particulier[modifier | modifier le code]

Ce qui fait l'originalité de Maurice en tant qu'animateur radio est sa façon directe d'interpeller les auditeurs. Sa formule d'accueil « Allo, qui va là, j'te prie ? » a été l'un des éléments qui ont fait sa célébrité lors de son passage sur Skyrock. Maurice n'hésite pas à couper la parole, à bousculer voire à congédier sans autre forme de procès les auditeurs qui l'appellent en direct, et anime avec une sorte de désinvolture et d'impertinence, ce qui peut dérouter[1].

À l'époque de Skyrock, son succès était aussi fondé sur le fait, paradoxal, que pour l'auditeur, être « cassé » à l'antenne par Maurice lui aportait un peu de prestige, simplement par le fait d'avoir retenu son attention, l'objet de l'appel en devenait presque secondaire. Maurice avait aussi pour habitude de demander pendant l'émission à son équipe de « débrayer la machine », sous-entendu de recevoir tous les auditeurs à l'antenne un par un, sans qu'ils aient eu préalablement à passer par le standard de la radio, ce qui donnait parfois des situations cocasses ou tendues, suivant le type d'auditeur reçu par Maurice[1].

Historique des émissions[modifier | modifier le code]

  • 1991 : Maurice, c’est la nuit démarre sur la radio parisienne OÜI FM. L'émission débute par la lecture par Maurice des textes envoyés par les auditeurs. Puis l'émission devient un forum de discussion qui offre aux auditeurs un espace de communication « ouvert », chaque soir, sur fond de musique rock. Maurice dialogue avec les auditeurs. Aucun sujet n’est tabou, aucune tranche d’âge exclue.
Lorsque cette émission s'arrête, elle est remplacée par le Ziggy Show, présentée par un autre animateur de la station, Kad Merad.
  • 1994 : Maurice et son émission (Maurice est ici) arrivent sur un réseau national (Skyrock) : la tranche 22h00-01h00 qu’il occupe recueille à son arrivée en moyenne 35 000 auditeurs au 1/4 d’heure. La musique est moins rock et Maurice affirme souvent qu'il « n'aime pas les 17 ans ».
  • 1996 : L’émission est avancée d’une heure : Maurice, Skyrock, 21h00. En fin de saison, Maurice quitte Skyrock[3], profitant d’être au plus haut dans les sondages, pour créer la première syndication de radios libres francophones.
  • Fin 1996, la société Starling décide de soutenir le projet de Maurice pour les trois années à venir.
  • 1997 : Maurice Radio Libre démarre sur les ondes de plusieurs radios indépendantes représentant près de 40 fréquences dans toute la France. Diffusion sur le satellite AB Sat. Maurice Radio Libre crée à Paris le premier studio de diffusion et de production indépendant de toute structure radiophonique.
  • 1998 : Lancement du site officiel www.mauriceradiolibre.com, avec webcam, dialogue en direct et diffusion 24/24h. La syndication rassemble plus de 100 fréquences en FM. Arrivée de Sud Radio dans la syndication et diffusion sur CANALSAT.
  • 1999 : La syndication s'agrandit avec l'ouverture du canal Maurice Radio Libre sur TPS avec une diffusion des programmes 24/24h.
  • 1999 : Sortie d'un single dans le commerce Dis-le que tu aimes l'argent (XIII Bis Records) désormais en écoute sur son site officiel.
  • 1999 : Il est le parrain d'une radio associative entièrement réalisée par des enfants handicapés à Saint-Fargeau-Ponthierry (Seine-et-Marne) : Handi FM.
  • 2000 : Production et réalisation d’émissions d'interviews et de concerts live d'artistes francophones connus ou en devenir. Rediffusion de 13h à 16h de l’émission 21h / minuit de la veille sur satellites (AB Sat et TPS) et Internet. Création d’un magazine moto sur le site officiel.
  • 2001 : Maurice Radio Libre développe sa cellule de production et de diffusion : le Rock'n’Roll Studio déménage. Création de nouveaux rendez-vous dans la grille en ligne et sur les satellites (19h-20h : jeux en direct / Chroniques musicales...). Rediffusion des meilleurs moments de la semaine de 21 heures à minuit samedi et dimanche sur satellites et Internet. Le magazine FHM (groupe Mondadori France) fait de Maurice son « confesseur » attitré chaque mois.
  • 2002 : Après cinq années d’émissions quotidiennes, Maurice fait une pause. Le site officiel continue de s’enrichir et maintient le lien avec les auditeurs. Il poursuit et intensifie sa collaboration avec FHM qui ajoute à sa « Confession » mensuelle, des reportages moto à travers toute l’Europe.
  • 2005 : Maurice lance une nouvelle aventure : la première webradio française sans publicité et financée par les dons des auditeurs, diffusée à 22h à Paris et en Île-de-France sur la fréquence FM de Radio Néo et sur Radio U à Toulouse.
  • 2008 : Il anime une émission Maurice part en live sur M6 Music Hits à partir du lundi 3 novembre[4] jusqu'à la fin de l'année.
  • 2009-2010 : Maurice revient sur Ouï FM le 18 mai 2009 à la demande d'Arthur[5] qui a racheté la station fin 2008. La dernière émission se déroule le 14 mai 2010, comme convenu par contrat.
  • 2010-2011 : Le 2 juillet 2010, Maurice revient avec Maurice c'est la nuit, diffusée uniquement sur le web depuis le site www.mauriceradiolibre.com, du lundi au vendredi de 21h à minuit. L'émission est réalisée dans un studio situé au 1er étage d'un bar, le « Saint George's Tavern », situé dans le 9e arrondissement de Paris. Après 235 émissions, la saison se termine le 15 juillet 2011.
  • 2011-2012 : Deuxième saison au « Saint George's Tavern », avec 160 émissions du 9 novembre 2011 au 20 juillet 2012. Le 11 juillet 2012, Maurice Radio Libre fête ses 15 ans.
  • 2012-2013 : Cette saison débute le 26 septembre 2012. Maurice déménage et s'installe à La Nouvelle-Orléans, ville par laquelle il avait été séduit lors d'un voyage aux États-Unis quelques mois auparavant.
Durant cette saison, le bateau studio de Maurice Radio Libre, une péniche tjalk baptisée Rock Symbol, est en cours de préparation. Il est prévu que Maurice y anime son émission lors de ses passages à Paris à partir de la rentrée 2013 en direct de la Seine à Paris.
Maurice Radio Libre reçoit le premier prix ON'R de la radio de l'année 2012, dans la catégorie Webradio[6].
Cette saison se finit le 2 aout 2013 et compte 200 émissions.
  • 2013-2014 : La saison débute le 16 septembre 2013, et se termine le 25 juillet 2014 avec 174 émissions.
Maurice est toujours à La Nouvelle-Orléans, d'où il diffuse parfois depuis les studios de la radio Crescent City Radio (en) située à l'université Loyola University New Orleans (en).
Une bande dessinée, intitulée La putain de BD ! (ISBN 979-10-92886-00-9), est réalisée par certains auditeurs et membre du Comité des Auditeurs Actifs.
  • 2014-2015 : Reprise de la saison le 25 août 2014, et arrêt le 17 juillet 2015 après 201 émissions.
  • 2015-2016 : Début de la saison le 17 août 2015, et fin le 29 juillet 2016 avec 223 émissions.
Comme en 2012, Maurice Radio Libre reçoit le prix ON'R de la webradio de l'année [7],[8].
  • 2016-2017 : La saison commence le 22 août 2016.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mathieu Sicard, Les auditeurs de Skyrock face à l’intolérance - Fonctionnement, valeurs et portée du discours de l’émission Radio libre dans le traitement des problèmes d’intolérance vécus par ses auditeurs
Mémoire de Master 2 recherche en sciences de l'information et communication, Université de Paris III - Sorbonne Nouvelle - UFR Information communication, sous la direction de Jacques Gonnet, soutenu le 4 juillet 2006 (lire en ligne) (consulté le 27 novembre 2015).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]