Markvippach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Markvippach
Image illustrative de l'article Markvippach
Blason de Markvippach
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Drapeau du Land de Thuringe Thuringe
Arrondissement
(Landkreis)
Sömmerda
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Corinna Herre
Partis au pouvoir CDU
Code postal 99195
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
16 0 68 036
Indicatif téléphonique 036371
Immatriculation SÖM
Démographie
Population 554 hab. (31 déc. 2013)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 51° 04′ 44″ nord, 11° 10′ 30″ est
Altitude 172 m
Superficie 918 ha = 9,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Markvippach

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Markvippach
Liens
Site web www.markvippach.net

Markvippach est une commune allemande de l'arrondissement de Sömmerda, Land de Thuringe.

Géographie[modifier | modifier le code]

Markvippach se situe sur la Vippach dans le bassin de Thuringe, le quartier de Bachstedt, au sud-est, se trouve contre l'Ettersberg.

Communes limitrophes de Markvippach
Schloßvippach Sprötau
Eckstedt Markvippach Vippachedelhausen
Ollendorf Ballstedt

Histoire[modifier | modifier le code]

Markvippach est mentionné pour la première fois en 802. Son nom viendrait de Sainte Marguerite.

Le village se développe en une partie haute et une partie basse. Il est temporairement le siège des seigneurs de Schloßvippach ; de plus, la maison de Vitzthum d'Eckstedt a un manoir. Les deux domaines seront réunis.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, 95 femmes et hommes de Pologne, de Russie, d'Ukraine et de Yougoslavie sont contraints à des travaux agricoles[1].

En juillet 1945, Markvippach fait partie de la zone d'occupation soviétique. Le château de 1812 accueille des réfugiés. Sur ordre de l'administration militaire soviétique, il est démoli. Le Wasserburg est transformé en écuries par le LPG. Après la réunification, il est rénové.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thüringer Verband der Verfolgten des Naziregimes – Bund der Antifaschisten und Studienkreis deutscher Widerstand 1933–1945 (Éditeurs): Heimatgeschichtlicher Wegweiser zu Stätten des Widerstandes und der Verfolgung 1933–1945, Série : Heimatgeschichtliche Wegweiser VoL.8 Thüringen, Erfurt 2003, p. 278, (ISBN 3-88864-343-0).

Source de la traduction[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :