Markermeer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Markermeer
(Lac de Marken)
Markermeer
Markermeer
Administration
Pays Pays-Bas
Subdivision Flevoland,
Hollande-Septentrionale
Géographie
Coordonnées 52° 34′ 00″ nord, 5° 14′ 00″ est
Superficie 700 km2
Altitude -0,4 (hiver) -0,2 (été) m
Profondeur 4 m
Îles
Île(s) principale(s) Marken (presqu'île) et Pampus
La base de l'Houtribdijk au niveau du lac Markermeer

Le Markermeer est un lac de 700 km2 dans le centre des Pays-Bas. Sa profondeur varie entre 3 et 4 mètres. Son nom provient de l'ancienne île de Marken, (avec la déclinaison du néerlandais cela donne Marker).

Le lac est séparé du lac de l'IJsselmeer par l'Houtribdijk ou Markerwaarddijk, une digue terminée en 1976 et qui relie Lelystad à Enkhuizen.

Il est séparé hydrauliquement de l'IJsselmeer, mais son niveau est le même: -0,4 m en hiver et -0,2 m en été. Il est possible que ce niveau soit fixé un peu plus haut dans l'avenir.

Différents projets[modifier | modifier le code]

Selon le plan initial l'ingénieur Cornelis Lely (1891), cette partie de l'IJsselmeer aurait dû être poldérisée, comme le Flevopolder et le Noordoostpolder, pour former le Markerwaard.

Le plan a ensuite été réduit, des lacs de bordure auraient été créés en tampon avec les terres de Hollande-Septentrionale.

Puis le projet d’assèchement revient régulièrement dans le débat politique pour finalement être abandonné en 2003.

Entre temps, un autre projet présenté en 1981, le plan Livense, suggérait de faire du Markermeer un réservoir d'eau pour compenser l'irrégularité de la production électrique par des éoliennes. L'eau y serait pompée pendant les périodes de forte production et de faible demande d'électricité et servirait à produire de l'hydroélectricité pendant les pics de demande. Ce plan est également resté lettre morte.

Nouveaux projets[modifier | modifier le code]

En avril 2007, la Secrétaire d'état Tineke Huizinga a annoncé un nouveau projet. Le niveau d'eau du Markermeer serait modifié en prévision des variations de l'environnement à venir. Une digue serait construite pour séparer l'IJmeer, ce qui donnerait des opportunités pour des constructions et des bases de loisirs. Le développement reste encore déterminer. Le 14 mai 2009, la Commission européenne a donné son accord pour l'amélioration écologique du Markermeer et de l'IJmeer[1].

En vue de créer des réserves naturelles le projet Marker Wadden prévoit la construction d'îlots artificiels dans le lac des travaux ont commencé en 2016; aucune habitation n'est prévue.

Utilisation actuelle[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, le lac est utilisé comme réservoir d'eau douce et comme réservoir tampon contre les inondations.

Il est séparé hydrauliquement de l'IJsselmeer, mais son niveau est le même: -0,4 m en hiver et -0,2 m en été. Il est possible que cette situation évolue dans l'avenir.

Vidange[modifier | modifier le code]

L'eau du Markermeer peut être vidangée de trois manières :

Elle est normalement drainée vers l'IJsselmeer.

Régulièrement de l'eau est envoyée vers les lacs de bordure du flevopolder; le but est d'utiliser de l'eau un peu plus propre pour réduire le nitrate et le phosphate dans ces lacs.

Lors de grandes marées, elle peut être évacuée par le canal de la Mer du Nord.

Références[modifier | modifier le code]