Marguerite de Huntingdon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Marguerite d'Huntingdon)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marguerite d'Écosse.
Marguerite de Huntingdon
Titre
Duchesse consort de Bretagne et Comtesse consort de Richmond
Princesse d'Écosse
Comtesse de Hereford
Biographie
Titre complet Duchesse de Bretagne
Comtesse de Richmond
Dynastie Maison de Dunkeld
Date de naissance
Date de décès
Père Henri de Northumberland
Mère Ada de Warenne
Conjoint Conan IV de Bretagne
Humphrey III de Bohun
Enfants Avec Conan IV :
Constance de Bretagne,
William
Avec Humphrey de Bohun :
Henri de Bohun
Duchesses consorts de Bretagne

Marguerite de Huntingdon ou Marguerite d'Écosse (anglais: Margaret of Huntingdon) (1145 - 1201), est une princesse écossaise, seconde fille d'Henri de Northumberland, comte de Northampton, de Huntingdon et de Northumberland, et d'Ada de Warenne. Elle fut duchesse consort de Bretagne et comtesse de Richmond de 1160 à 1171 par son mariage à Conan IV de Bretagne ainsi que comtesse de Hereford par son mariage à Humphrey III de Bohun.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Marguerite naquit en 1145. Elle est la seconde fille d'Henri de Northumberland[1], le fils du roi David Ier d'Écosse et de Maud de Huntingdon. Marguerite a une sœur ainée, Ada; ainsi que deux jeunes sœurs, Mathilde et Marjorie. Deux de ses frères, Malcolm et Guillaume, furent rois d'Écosse. Son autre frère, David, fut comte de Huntingdon de 1185 à 1219. Ses grands-parents maternels sont Guillaume II de Warenne, 2e comte de Surrey, et Isabelle de Vermandois, petite fille du roi Henri Ier de France.

Unions et descendance[modifier | modifier le code]

En 1160, Marguerite épouse, en première noce, Conan IV, duc de Bretagne et comte de Richmond. De cette union naissent au moins quatre enfants, dont deux seulement survivent :

Conan décède en 1171 et Marguerite devient veuve à l'âge de trente-six ans. Peu avant Pâques 1171, elle épouse en seconde noce Humphrey III de Bohun, fils d'Onfroy/Humphrey de Bohun et de Marguerite de Gloucester. Elle devient alors comtesse de Hereford. De cette union naissent :

Marguerite meurt en 1201 et est inhumée dans l'abbaye de Sawtry dans le comté du Huntingdonshire.

Annexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Charles Cawley, Medieval Lands, Scotland, Kings
  • (en) Charles Cawley, Medieval Lands, Brittany

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Marguerite de Huntingdon fit une donation pour le repos de son âme et de celles du Duc Conan IV et de « nos garçons », ou « nos enfants » (pro salute anime... puerorum... nostrorum). Il semblerait que ce soit une référence à au moins un fils qui serait mort en bas âge, faisant de Constance l'unique héritière du Duché de Bretagne en 1166." (d'après Everard et Jones, The Charters of Duchess Constance and Her Family (1171-1221), p.  94)
  2. Deux actes faits par Constance et son fils Arthur vers 1200 mentionnent un frère de Constance, Guillaume « clericus ». En tant que garçon, Guillaume aurait dû hériter du duché après Conan. D’après Everard, le fait que Henri II ait forcé le père de Constance à abdiquer en 1166 avait pour but d’empêcher tout fils du duc d’hériter du duché. Selon elle, le fait que le frère de Constance s’appelle Guillaume semble indiquer qu’il n’était pas un fils illégitime de Conan IV, puisque Guillaume était le prénom de l’un des frères de Marguerite de Huntingdon. (Everard, Judith (2000). Brittany and the Angevins: Province and Empire, 1158-1203. Cambridge University Press, 2000, p 43).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Charles Cawley, Medieval Lands, Scotland, Kings
  2. Judith Everard et Michael Jones, The Charters of Duchess Constance and Her Family (1171-1221), p.  93-94
  3. Judith Everard (2000). Brittany and the Angevins: Province and Empire, 1158-1203. Cambridge University Press, 2000, p. 43