Margaret Mayall

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Margaret Mayall
Naissance
Iron Hill (Maryland) (Drapeau des États-Unis États-Unis)
Décès
Cambridge (Massachusetts) (Drapeau des États-Unis États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Domaines Astronomie
Institutions AAVSO
Diplôme Master's degree au Radcliffe College
Distinctions Prix d'astronomie Annie J. Cannon en
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mayall.

Margaret Walton Mayall (née le à Iron Hill (Maryland) et morte le à Cambridge (Massachusetts) est une astronome américaine[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est diplômée du Swarthmore College en janvier 1925[1]. Lors de sa deuxième année dans l'université elle rencontre Leslie Comrie qui lui transmet sa passion pour l'astronomie. Il lui permet dans un premier temps de travailler à durant l'été de sa dernière année à l'observatoire Maria Mitchell de Nantucket au côté de Margaret Harwood, d'Annie Jump Cannon et d'Harlow Shapley, puis de devenir l'assistante d'Annie Jump Cannon à l'Observatoire de l'université Harvard[2].
C'est lors de ces travaux estivaux (elle y retourne à l'été 1926) que nait son engouement pour les étoiles variables à qui elle consacrera une grande partie de sa vie. C'est également là qu'elle rencontre R. Newton Mayall, un architecte paysagiste et membre de l'AAVSO (l'Association américaine des observateurs d'étoiles variables) avec qui elle se marie en 1927[1].

En 1928, elle obtient son Master's degree au Radcliffe College.

Durant ces années à Harvard elle participe activement - sous l'autorité d'Annie Jump Cannon- à l'identification et la mesure des magnitudes de milliers d'étoiles variables[3]. Elle travaille avec Cannon jusqu'à la mort de celle-ci en 1941 et continue la rédaction de son catalogue d'étoiles qu'elle publie en 1949 : The Henry Draper Extension - The Annie J. Cannon memorial (complément du Catalogue Henry Draper publié entre 1918 et 1924 par Cannon)[4].

En 1949 Harlow Shapley le directeur de Observatoire de l'université Harvard la nomme Recorder (littéralement enregistreur, la tâche principale de l'association étant la collecte et l'enregistrement d'observations d'étoiles variables. En pratique il s'agit du poste de directeur de l'AAVSO où elle succède à Leon Campbell (en) et occupe ce poste (qui prend en 1954 la dénomination de directeur) jusqu'en 1973[1].
À la fin de l'année 1953 l'observatoire de Harvard change de direction et de politique vis-à-vis de l'association et son financement. Le couple Mayall doit se battre pour faire survivre l'association devenue indépendante de l'Observatoire[5], privée de ses locaux et de la plupart de ses ressources[6]. Accessoirement Margaret Mayall perd son titre de Pickering Memorial Astronomer et le salaire associé, n'étant plus membre de l'Observatoire[1].

Pour ses observations, elle est amené à beaucoup voyager dans le monde, de l’Irlande[5] à l’Afrique du Sud[7].
Elle reçoit le Prix d'astronomie Annie J. Cannon en [1].
Elle prend sa retraite en 1973, et décède le à Cambridge (Massachusetts).

Publications (liste non exhaustive)[modifier | modifier le code]

  • (en) Newton Mayall et Margaret Mayall, Sundials: Their Construction and Use (1re éd. 1938) (ISBN 978-0486411460)
  • (en) Annie Cannon et Margaret Mayall, Annie Jump Cannon Memorial Volume of the Henry Draper Extension (1re éd. 1949)
  • (en) Newton Mayall et Margaret Mayall, The Harold C. Ernst Collection of Portable Sundials (lire en ligne)
  • (en) Newton Mayall et Margaret Mayall, Sundials: How to Know, Use, and Make Them (1re éd. 1958) (ISBN 978-0933346116)
  • (en) Newton Mayall et Margaret Mayall, Sundials: their construction and use (ISBN 978-0486411460)
  • (en) Newton Mayall, Margaret Mayall et Jerome Wyckoff, The Sky Observer's Guide [« Observation du ciel »] (1re éd. 1959) (ISBN 9780307240095)

Article connexe[modifier | modifier le code]

American Association of Variable Star Observers

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (en) Dorrit Hoffleit, « Margaret Walton Mayall (1902 - 1995) », sur AAS (consulté le 15 mars 2016)
  2. (en) Owen Gingerich, « ORAL HISTORIES - Margaret Mayall - Session I », sur AIP (consulté le 15 mars 2016)
  3. (en) Peter Broughton, « Education Notes: A Photograph of Nine Young Women Astronomers at Harvard College Observatory in 1928 », Journal of the Royal Astronomical Society of Canada, vol. 96, no 6,‎ , p. 256 (Bibcode 2002JRASC..96..255B, lire en ligne)
  4. (en) Michael Saladyga, Biographical Encyclopedia of Astronomers, Springer Science & Business Media (ISBN 978-0-387-35133-9), p. 751
  5. a et b (en) « A Margaret Mayall Centenary Celebration! », sur AAVSO, (consulté le 16 mars 2016)
  6. (en) Pamela L. Gay, « A New Foundation for the AAVSO », sur Sky & Telescope, (consulté le 16 mars 2016)
  7. (en) « Death of Margaret Mayall (news note) », Monthly Notes of the Astron. Soc. Southern Africa, vol. 55, no 6,‎ , p. 38 (Bibcode 1996MNSSA..55T..38, lire en ligne)