Maison de Rabelais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maison de Rabelais à Metz
Rabelaismaisonmetz.jpg
Chapelle Saint-Genest qui était mitoyenne de la maison Rabelais
Présentation
Destination initiale
Destination actuelle
Construction
XVIe siècle
Occupant
Localisation
Pays
Région
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de Metz
voir sur la carte de Metz
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Moselle
voir sur la carte de Moselle
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Lorraine
voir sur la carte de Lorraine
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

La maison de Rabelais à Metz était un édifice situé en contrebas de la colline Sainte-Croix, en bas de la rue d’Enfer, dans le quartier de l’Ancienne Ville de Metz.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

François Rabelais, agent du roi Henri II, y séjourna de 1545 à 1547, envoyé à Metz pour préparer l’annexion française de 1552. Il y écrivit en 1548 Le Quart Livre qui utilise des expressions venues en droite ligne du patois messin ; on y trouve aussi des allusions aux usages, aux coutumes et aux légendes de la ville notamment celle du Graoully.

C’était le dernier édifice de la ville à posséder des pans de bois. De la maison, il ne restait que les portes remontées contre le mur au fond du jardin. Désormais détruite, le lieu est devenu un agréable square ombragé investi par la terrasse d’un café. Des expositions et des concerts y sont organisées en été par les membres de l'association " Les Amis de la Maison Rabelais" dont Claire Cochenet (Klèr artiste peintre), Gaëlle Todeschini ou Ben.

On y trouve aussi appliquée à sa façade ouest la chapelle Saint-Genest.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ernest de Bouteiller, « La maison de Rabelais à Metz » dans L’Austrasie, 1856, p. 201.
  • Rollins Guild, Pierre-Édouard Wagner, Transformation d’une maison romane à Metz : de la chapelle Saint-Genest à la maison de Rabelais, dans Congrès archéologique de France. 149e session. Les Trois-Évêchés et l’ancien duché de Bar. 1991, p. 525-538, Société française d'archéologie, Paris, 1995.

Sur le passage de Rabelais à Metz :

  • Charles Abel, « Rabelais, médecin stipendié de la ville de Metz », dans les Mémoires de l’académie de Metz, Blanc, Metz, 1870, 87 p.
  • Georges Ducrocq, « Le séjour de Rabelais à Metz » dans L’Austrasie, 1905-1906, pp. 103-120.
  • Marie Dorner, « Rabelais in Metz », ElsassLand, Lothringer Heimat, juin 1932, pp. 161-167.