Méthode des six chapeaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La méthode des 6 chapeaux, extraite de l'ouvrage Six chapeaux pour penser[1], est une méthode de management personnel ou de groupe, développée par Edward de Bono, permettant de résoudre les problèmes en favorisant la pensée critique afin d'éviter la censure des idées nouvelles, dérangeantes ou inhabituelles[2].

Pour cela, chaque participant prend un « chapeau » d'une couleur particulière, lui assignant ou lui reconnaissant un rôle. Ce chapeau peut changer durant la réunion. Il peut aussi être identique à celui d'autres participants.

La méthode[modifier | modifier le code]

Quand il s'agit d'utiliser la méthode lors d'une réunion, le principe est de faire l’effort d’endosser tous les modes de pensée à tour de rôle (ou de les reconnaître chez les autres intervenants). Une séquence d’utilisation des chapeaux est déterminée à l’avance selon le problème à traiter (ex : tous les participants pensent d’abord en chapeau blanc, ensuite en rouge, puis en noir, etc.) ; chacun des intervenants doit utiliser le mode de pensée relié au chapeau déterminé par la séquence.

Ce système a pour vocation de créer un climat de discussion cordial et créatif et facilite la contribution de chacun. Cela permet à tous d’être sur la même longueur d’onde en même temps et les idées des uns provoquent les idées des autres.

On peut résoudre les problèmes plus rapidement en concentrant sa pensée sur la tâche à accomplir. Les idées nouvelles sont alors protégées de la critique immédiate et peuvent donc se développer.

Quand il s'agit d'un management personnel, l'effort se porte sur le changement successif des modes de pensée.

Les différents chapeaux[modifier | modifier le code]

Chapeau blanc[modifier | modifier le code]

La neutralité : lorsqu’il porte le chapeau blanc, le penseur énonce des faits purement et simplement. La personne alimente le groupe en chiffres et en informations. C’est l’image de la froideur, le goût de la simplicité, le minimalisme.

Chapeau rouge[modifier | modifier le code]

La critique émotionnelle : avec le chapeau rouge, le penseur rapporte ses informations teintées d’émotions, de sentiments, d’intuitions et de pressentiments. Il n’a pas à se justifier auprès des autres chapeaux. C’est « le feu, la passion, l'intuition ».

Chapeau noir[modifier | modifier le code]

La critique négative : lorsqu’il porte le chapeau noir, le penseur fait des objections en soulignant les dangers et risques qui attendent la concrétisation de l’idée. C’est l’avocat du diable ! C’est la prudence, le jugement négatif.

Chapeau jaune[modifier | modifier le code]

La critique positive : lorsqu’il porte le chapeau jaune, le penseur admet ses rêves et ses idées les plus folles. Ses commentaires sont constructifs et tentent de mettre en action les idées suggérées par les autres membres du groupe. C’est le « soleil et l’optimisme ».

Chapeau vert[modifier | modifier le code]

La créativité : lorsqu’il porte le chapeau vert, le penseur provoque, recherche des solutions de rechange. Il s’inspire de la pensée latérale, d’une façon différente de considérer un problème. Il sort des sentiers battus et propose des idées neuves. C’est la fertilité des plantes, « la semence des idées ».

Chapeau bleu[modifier | modifier le code]

L'organisation : c’est le meneur de jeu, l’animateur de la réunion qui canalise les idées et les échanges entre les autres chapeaux. C’est le bleu du « ciel qui englobe tout ».

Illustration[modifier | modifier le code]

6 chapeaux.jpg

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. l’ouvrage Six chapeaux pour penser chez Eyrolles
  2. (en) Charles Kivunja, « Using De Bono’s Six Thinking Hats Model to Teach Critical Thinking and Problem Solving Skills Essential for Success in the 21st Century Economy », Creative Education, vol. 06, no 03,‎ , p. 380 (DOI 10.4236/ce.2015.63037, lire en ligne, consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]