Pensée latérale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La pensée latérale est une technique de résolution de problèmes, popularisée par Edward de Bono, qui consiste à appréhender les problèmes sous plusieurs angles, nouveaux ou hors du champ habituel d'études, au lieu de se concentrer sur une approche éprouvée mais linéaire et limitée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les concepts de "pensée divergente" et "pensée convergente" ont été introduits[1] par le psychologue américain J.P. Guilford en 1956[2], et développés au cours des années suivantes[3]. L'idée de "penser hors des sentiers battus", "hors de la boîte" (thinking outside the box[note 1]) se répand dans le courant des années 1960 dans le monde des consultants en entreprise. Plusieurs auteurs revendiquent sa popularisation[4], notamment Mike Vance[5], qui travailla avec Walt Disney et Steve Jobs, ou John Adair, spécialiste du leadership. Reprenant le concept de la pensée divergente et le principe de la pensée hors des sentiers battus, la pensée latérale (lateral thinking) est détaillée et théorisée par le psychologue maltais Edward de Bono. Il emploie le terme pour la première fois en 1967, dans son livre "The Use of Lateral Thinking"[6], et publie par la suite de nombreux livres sur ce thème et plus généralement sur les moyens de développer sa créativité. Paul Sloane a également contribué, à sa suite, à populariser ce concept, notamment dans des livres d'énigmes et problèmes[7].

Définition et application[modifier | modifier le code]

La pensée latérale est définie par opposition à la pensée verticale, un processus caractérisé par la continuité entre les étapes et la validation pas à pas des hypothèses et de chaque résultat intermédiaire[8]. Dans la pensée verticale, une idée dont l'applicabilité n'est pas validée à une étape est rejetée et n'est plus considérée par la suite. L'invalidation d'une idée dans la pensée verticale se fait classiquement à travers des objections du type "ce n'est pas possible, pas réaliste, trop cher, pas novateur", alors que la pensée latérale peut retenir une solution temporairement absurde pour aller plus loin dans le raisonnement et, potentiellement, découvrir au bout de plusieurs autres étapes une solution possible et innovante.

Edward de Bono définit la pensée latérale comme "s'échapper d'idées et de perceptions établies pour en trouver de nouvelles"[9].

Les techniques de pensée latérales consistent généralement à trouver une manière provocante de produire une rupture de continuité dans le processus de pensée, pour obliger à sortir d'un raisonnement, d'un schéma de pensée qui risquerait de s'embourber, par exemple en inversant ou en exagérant le problème envisagé, en considérant des solutions pratiques ou des analogies avec des problèmes provenant d'un domaine très différent, ou encore en utilisant des mots aléatoires (tirés au hasard dans un dictionnaire) comme stimuli[10].

Critiques[modifier | modifier le code]

Tant le concept de pensée latérale que son principal promoteur ont fait l'objet de diverses critiques. Robert J. Sternberg, professeur de psychologie cognitive, déplore notamment que cette idée soit souvent jugée à l'aune de son succès commercial[note 2], et non en fonction de l'efficacité réelle de cette méthode[12], qui reste à prouver[13], un point de vue partagé par le psychologue cognitif Robert Weisberg. Moseley et al. rapportent[14] que de Bono est "plus intéressé par l'utilité du développement de nouvelles idées que par la démonstration de l'efficacité ou de la fiabilité de son approche". Gilbert Burgh, professeur de philosophie, note par ailleurs que le concept avancé par de Bono, bien qu'il ait rencontré un certain succès auprès du grand public, n'est pas original, mais s'inscrit dans un courant de pensée auquel de Bono n'a pas fait l'effort de se référer[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le terme vient de l'un des casse-tête mathématiques de Sam Loyd, le "problème des neuf points", qui invite à relier neuf points (formant un carré de 3x3) en un minimum de lignes droites. La solution exige que les lignes sortent du carré, d'où l'expression.
  2. La vente de ses livres a fait la fortune d'Edward de Bono, devenu millionaire[11].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Olga M. Razumnikova, « Divergent Versus Convergent Thinking », dans Encyclopedia of Creativity, Invention, Innovation and Entrepreneurship, Springer, (ISBN 978-1-4614-3858-8, DOI 10.1007/978-1-4614-3858-8_362, lire en ligne), p. 546–552
  2. J. P. Guilford, « The structure of intellect. », Psychological Bulletin, vol. 53, no 4,‎ , p. 267–293 (ISSN 1939-1455 et 0033-2909, DOI 10.1037/h0040755, lire en ligne, consulté le 21 avril 2020)
  3. (en) J. P. Guilford, « Creative abilities in the arts. », Psychological Review, vol. 64, no 2,‎ , p. 110–118 (ISSN 1939-1471 et 0033-295X, DOI 10.1037/h0048280, lire en ligne, consulté le 21 avril 2020)
  4. (en) Bob Wiltfong et Tim Ito, The BS Dictionary: Uncovering the Origins and True Meanings of Business Speak, American Society for Training and Development, (ISBN 978-1-950496-17-4, lire en ligne)
  5. (en-US) Tony Woodall, « Think Outside the Box for Leadership - Mike Vance », sur Goal Getting Podcast, (consulté le 21 avril 2020)
  6. (en) Edward De Bono, The use of lateral thinking., Cape, (ISBN 978-0-224-61252-4, OCLC 890363, lire en ligne)
  7. (en) Carla L. Kuesten, « The Leader's Guide to Lateral Thinking Skills: Unlocking the Creativity and Innovation in You and Your Team, 2nd ed. by Paul Sloane », Journal of Product Innovation Management, vol. 25, no 3,‎ , p. 305–307 (ISSN 1540-5885, DOI 10.1111/j.1540-5885.2008.00302_1.x, lire en ligne, consulté le 21 avril 2020)
  8. « Qu’est-ce que la pensée latérale ? », sur Bookboon, (consulté le 21 avril 2020)
  9. (en) « Edward de Bono: Lateral thinker in despair at the wasted state of », sur The Independent, (consulté le 21 avril 2020)
  10. (en-US) « Lateral Thinking: Is it Necessary for Creativity? », sur Mark McGuinness | Creative Coach, (consulté le 21 avril 2020)
  11. (en) « 'You have to design the future' », sur The Independent, (consulté le 21 avril 2020)
  12. (en) Robert J. Sternberg, Handbook of Creativity, Cambridge University Press, (ISBN 978-1-107-26852-4, lire en ligne)
  13. a et b « Creative and Lateral Thinking: Edward de Bono », dans Encyclopedia of Educational Theory and Philosophy, SAGE Publications, Inc., (ISBN 978-1-4522-3089-4, DOI 10.4135/9781483346229.n86, lire en ligne)
  14. David Moseley, Vivienne Baumfield, Julian Elliott et Steven Higgins, Frameworks for Thinking: A Handbook for Teaching and Learning, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-61284-5, 978-0-521-84831-2 et 978-0-511-48991-4, DOI 10.1017/cbo9780511489914, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]