Mégalynarion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le mégalynarion (du grec ancien : Μεγαλυνάριον, mégalynarion, « magnification, glorification » ; en slavon d'église : Velichaniye) est une célébration particulière des Églises d'Orient — Églises orthodoxes et Églises catholiques de rite byzantin — composée d'une ou plusieurs hymnes.

Orthros[modifier | modifier le code]

Dans les églises russes orthodoxes, le mégalynarion est un verset chanté à la fin du polyéléos les jours de grande fête. Le verset commence usuellement par les mots « Nous te glorifions, nous te glorifions, toi… » suivi du nom du saint ou de la fête célébré en ce jour. Le verset, chanté par le clergé, est répété par le chœur ; puis celui-ci chante les versets de psaumes appropriés à la fête, répétant le mégalynarion après chaque verset. Durant le chant, le prêtre et le diacre encensent toute l'église. À la fin du chant, le clergé reprend le mégalynarion.

Dans les églises grecques orthodoxes, les versets des psaumes sont chantés seuls, sans mégalynarion. Cette célébration s'appelle l'éclogarion.

Liturgie[modifier | modifier le code]

Dans la pratique grecque, le mégalynarion est une courte hymne au saint ou à la fête du jour, chantée après « Parmi les premiers… » à la Divine Liturgie. Ce genre de mégalynarion est en usage dans d'autres offices, tels que la paraclèse.

Dans les traditions grecque et slave, le terme mégalynarion désigne aussi une hymne chantée lors des grandes fêtes à la place de l'Axion Estin, après l'épiclèse. Normalement, ce mégalynarion est composé du refrain et de l'irmos du canon qui a été chanté pour la fête du jour lors de l'Orthros. Dans les églises slaves, cette hymne est appelée zadostoinik.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'usage des mégalynarions dans le rite byzantin date du viiie siècle. Côme de Maïouma écrivit le premier mégalynarion à Theotokos (la Vierge Marie) :« Plus honorable que les Chérubim… » pour la neuvième ode du canon du Vendredi saint. D'autres mégalynarions furent ensuite créés à l'intention des saints pour leur fête et disposés dans la Divine Liturgie à la même place que le mégalynarion originel dans le service à saint Basile le Grand célébré le 1er janvier. Tous ces mégalynarions ultérieurs suivirent en grec la même métrique que le mégalynarion originel.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]