Lucas Jennis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lucas Jennis ( - 1630) est un imprimeur et marchand d'art allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lucas Jennis est né le à Francfort. Son père éponyme Lucas Jennis (l'Ancien) (1575-1606), était un riche calviniste orfèvre, joaillier et graveur de Bruxelles. Il dut quitter sa maison à cause de la persécution des calvinistes aux Pays-Bas espagnols et s'est réfugié dans la ville luthérienne de Francfort trouvé. Après la mort de son père (en 1606 à Francfort) sa mère a épousé Johann Israël de Bry de la célèbre famille calviniste des de Bry : des éditeurs graveurs[1].

Lucas Jennis y étudia la gravure. Il avait 19 ans quand son beau-père, Johann Israël est mort en décembre 1609. Son frère Johann Theodor de Bry quitta Francfort pour Oppenheim. Lucas le suivit et entama des échanges commerciaux de livres avec l'imprimeur Baltasar Moretus de Anvers. c'est en 1616 qu'il créa sa propre maison d'édition avec les deux œuvres de Hieronymus Galler [2] dont il imprima les deux premières œuvres.

Jennis a épousé la sœur du peintre et graveur Joachim Sandrart qui faisait partie de la deuxième génération d'immigrants hollandais calvinistes à Francfort[1].

Ses contemporains le décrivent comme une personne sympathique et charitable avec un talent admirable. C'est lui qui imprima les livres de nombreux alchimistes et Nicolas Barnaud[3], Johann Daniel Mylius[4], Daniel Stolcius, et de philosophes rosicruciens bien connus comme Robert Fludd et Michael Maier[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Lucas Jennis vivait dans un temps d'insécurité et d'intolérance et il en tant que calviniste réfugié il a pu à Francfort et à Oppenheim courir moins de risques. Cela vaut également pour d'autres éditeurs spécialisés, de sorte que dans une large mesure beaucoup de travaux alchimiques et rosicruciens, de traités religieux ou philosophiques, ont été édités dans les maisons d'édition de Bry, ou Lucas Jennis. À partir de 1625 Jennis sentit une baisse d'intérêt pour les sciences occultes et il se tourna de plus en plus vers des gravures topographiques et des illustrations pour la Bible.

Parmi les publications les plus connues de Lucas Jennis figurent les titres suivants :

  • Wasserstein der Weisen - oder chymisches Tractaetlein [6]
  • De Lapide Philosophico
  • Musaeum Hermeticum, 1625
  • Philosophia Mystica: Die Prophezeiungen des Propheten Daniel
  • Viridarium chymicum, 1624
  • Chymisches Lustgärtlein, 1624
  • Tripus Aureus, Francfort-sur-le-Main, 1618 (12 Schlüssel des Basilius Valentinus)
  • Viatorium Spagyricum, 1625
  • Dyas chymica tripartita, 1625 (Das Buch von Alze, The Book of Lambspring)
  • Harmoniae Inperscrutabilis Chymico-Philosophicae
  • Das Artis Auriferae, 1613, (Die Kunst Gold herzustellen)
  • Philosophia reformata, 1622[5]

Auteurs publiés[modifier | modifier le code]

Liste des auteurs avec l'année de parution et le nombre de travaux d'œuvres alchimiques éditées chez Jennis :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b voir Weblink Mödersheim : Domini Doctrina Coronat
  2. voir Josef Benzing : Der Buchdruck zu Oppenheim
  3. siehe Artikel w:en:Nicholas Barnaud Wikipedia en anglais
  4. voir l'articlew:fr:Johann Daniel Mylius
  5. a et b voir Weblink Lucas Jennis, kurze Betrachtung seines Werks
  6. Wasserstein der Weisen Neuauflage von 1760
  7. zur Namensidentität voir Friedrich Seck : Zum 400. Geburtstag von Wilhelm Schickard