Louis-Patient Cottat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Louis-Patient Cottat
Biographie
Naissance
Décès
Période d'activité
Voir et modifier les données sur Wikidata-Après Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieu de travail
Activité

Louis-Patient Cottat (dit Louis Cottat), né à Paris vers 1806 et mort le dans le 5e arrondissement de Paris[1], est un orfèvre français du XIXe siècle, spécialisé dans la production de couverts en argent.

Éléments de biographie[modifier | modifier le code]

Il a vécu à Paris où se tenait son atelier, au 47 quai de l'Horloge à Paris, à la pointe aval de l'île de la Cité près du Palais de Justice de Paris[2]. Il y est domicilié lors de son mariage avec Narcisse Marguerite Barberon le 22 avril 1834[3].

Carrière d'orfèvre[modifier | modifier le code]

Spécialisé dans la fabrication de couverts en argent (cuillères notamment ; orfèvre-cuilleriste). Il a notamment produit des couverts de petite taille pour enfants[4].

Sa production répertoriée débute en 1831. Il est encore en activité en 1866 lors du mariage de son fils Henri Charles Louis Cottat, également orfèvre[5], qui reste lui-même actif jusqu'en 1876 au moins[6].

En 1844, alors que L. Cottat habite au 35 rue Michel-le-Comte à Paris, une partie de la fabrication de ses couverts est mécanisée grâce à une « machine à segments et à mouvements alternatifs » ; Le secrétariat de la préfecture du département de la Seine a archivé la cession qui lui a été faite par le sieur Lyon le 11 novembre 1843 (ainsi qu' « au sieur Laurent Labbé, orfévre, demeurant à Paris, rue Quincampoix, n° 61 », du « tiers lui appartenant dans le droit de fabriquer des couverts d'or et d'argent, dans un seul établissement, suivant les procédés décrits au brevet d'invention de quinze an, délivré, le 17 avril 1843, à la société Levallois et compagnie, pour une machine à segments et à mouvements alternatifs propre à fabriquer les couverts ; lequel droit avait été cédé collectivement auxdits sieurs Labbé, Cottat et Lyon, exclusivement à tous autres, par la société Levallois et compagnie » [7]

Son poinçon[modifier | modifier le code]

Ses pièces d'argenterie sont marquées de plusieurs poinçons, dont un losange contenant le nom Cottat, encradré de la lettre L et du chiffre 8).

Ce poinçon a été « insculpé » en 1831[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de Paris, état-civil numérisé du 5e arrondissement, acte de décès No580 de l'année 1870. Rentier, il décède à son domicile 15 boulevard Saint-Michel. Sa mort est déclarée par son fils et successeur Charles Henri Louis Cottat.
  2. a et b Hôtel Drouot, catalogue vente du Samedi 09 février 2013, Bronzes – Sculptures ; Orfèvrerie ancienne & moderne (voir p9/14)
  3. Archives de Paris, fichier de l'état-civil reconstitué
  4. Enchères d'Eric Pillon du 22/09/13
  5. Archives de Paris, état-civil numérisé du 2e arrondissement, acte de mariage No805 du 6 décembre 1866. Henri Charles Louis Cottat est né à Paris le .
  6. Catalogue de la vente du 24 mars 2014 (tableaux, mobilier, objets d'art), de Rennes Enchères
  7. Bulletin des lois. Partie principale ; Imprimerie nationale, 1844 (voir p 168, par ex in Livre numérique Google).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]