Loi 11 du football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hors-jeu.

La loi 11 du football concerne le hors-jeu d'un joueur de football et fait partie des lois du jeu maintenues par l'International Football Association Board (IFAB). Dans sa définition actuelle, un joueur est en position de hors-jeu si, hors de sa moitié de terrain, il est au-delà du ballon et de l'avant-dernier adversaire (gardien de but compris). Il n'y a infraction de hors-jeu que si un joueur prend part au jeu alors qu'il était en position de hors jeu au moment où le ballon a été touché en dernier par un coéquipier. Cette infraction est punie d'un coup franc indirect.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le hors-jeu est déjà encadré par les premiers codes écrits du jeu du milieu du XIXe siècle. C'est le « sneaking », ancêtre du « offside », signalé dans les Cambridge Rules. Plus de trois joueurs sont alors nécessaires entre le joueur et la ligne de but adverse pour mettre un joueur en jeu. Différence notable avec la règle actuelle, le hors-jeu se juge alors à l'arrivée de la balle.

En 1863, selon les premières règles établies par la Football Association tout juste créée, tout joueur situé au-devant du ballon est considéré hors-jeu[1], à la manière du rugby. Les passes en avant sont donc interdites et seul les dribbles et les passes en arrière permettent d'avancer vers le but.

En 1866, la FA assimile le hors-jeu des Cambridge Rules tout en changeant "plus de trois" par "au moins trois" joueurs[2]. En 1873, il est précisé que le hors-jeu s'apprécie au moment où la balle est bottée.

En revanche, les règles de la Ligue de Sheffield (1855) ne comportent pas de règles sur le hors-jeu, des attaquants pouvant rester en permanence près du but adverse[2]. Cette variante persistera jusqu'en 1878[2], et l'International Football Association Board créé en 1886 et réunissant les associations d'Angleterre, d'Écosse, du Pays de Galles et d'Irlande, fixe des règles uniques[1].

En 1920, le hors-jeu consécutif à une touche est supprimé.

En 1924, a été introduit le concept de hors-jeu passif.[3]

En 1925, le nombre minimal de joueurs adverses devant l'attaquant passe de trois à deux[1], le nombre de buts marqués augmente alors d'un tiers[2].

En 1978, une balle involontairement touchée ou renvoyée par un adversaire ne remet plus l'attaquant en jeu.

En 1990, l'attaquant se trouvant sur la même ligne que l'avant-dernier adversaire n'est plus considéré comme hors-jeu[4].

En 1995, la règle réaffirme que le hors-jeu ne constitue plus une infraction en soi, mais seulement si l'arbitre considère que le joueur participe de manière active au jeu[5]. Cette notion (déjà rappelée en 1903, 1910, 1920[2]) est explicitée en 2005, ainsi que les parties du corps concernées [6].

Position de hors-jeu[modifier | modifier le code]

Lors du départ du ballon, le joueur bleu à gauche est derrière la ligne virtuelle de défenseurs adverses : si le ballon lui est adressé, il sera sanctionné pour hors-jeu.
L'attaquant en bleu dans la surface de réparation n'est pas en position de hors-jeu, bien qu'il n'ait qu'un seul adversaire devant lui, car il est derrière le ballon.

Être en position de hors-jeu n'est pas une infraction. Un joueur se trouve en position de hors-jeu si n'importe quelle partie de sa tête, de son corps ou de ses pieds est dans la moitié de terrain adverse (ligne médiane non comprise) et plus près de la ligne de but adverse que le ballon et l'avant-dernier adversaire.

Les bras et les mains de tous les joueurs ne sont pas pris en compte (y compris pour les gardiens).

Un joueur n'est pas en position de hors-jeu lorsqu'il se trouve à la même hauteur que l'avant-dernier adversaire ou que les deux derniers adversaires.

Infraction de hors-jeu[modifier | modifier le code]

Il y a infraction de hors-jeu lorsque un joueur commence à prendre une part active au jeu alors qu'il était en position de hors-jeu au moment où le ballon a été joué ou touché en dernier par un coéquipier[7], sauf si entre-temps le ballon a été joué délibérément par un adversaire.

Le joueur en position de hors-jeu mais qui, de l'avis de l'arbitre, ne prend pas part activement au jeu, ne sera pas sanctionné. Le hors-jeu ne doit être sifflé que :

  • en intervenant directement dans le jeu en jouant ou touchant le ballon.
  • en interférant avec un adversaire car :
    • il l'empêchant de jouer ou d'être en position de jouer le ballon, ou en gênant sa vision du jeu ; ou
    • il lui disputant le ballon ; ou
    • il tente clairement de jouer le ballon qui se trouve à proximité alors que cette action influence la réaction d'un adversaire ; ou
    • il effectue une action évidente qui influence clairement la capacité d’un ou adversaire à jouer le ballon
  • ou en tirant un avantage de cette position, en reprenant un ballon qui a rebondi sur - ou dévié par - un poteau, la transversale, un officiel de match ou un adversaire.

Il n’y a pas d’infraction de hors-jeu lorsque le joueur:

  • se trouve à la même hauteur que l’avant-dernier adversaire (ou les deux derniers adversaires);
  • se trouve derrière le ballon lors de la passe ou sur la même ligne ;
  • reçoit le ballon joué délibérément par un joueur de l'équipe adverse (à l’exclusion d’un ballon repoussé par un adversaire). Ainsi, une passe faite par un joueur de l'équipe A qui dévie sur le gardien ou un défenseur de l'équipe B et qui arriverait à un joueur de l'équipe A en position de hors-jeu au moment où la passe est faite mènerait à un hors-jeu. En revanche si le gardien, balle à la main, rate son dégagement et envoie la balle sur le joueur hors-jeu, il n'y aura pas de faute. De même si un défenseur a récupéré le contrôle parfait du ballon sans gêne du joueur hors-jeu, ce joueur peut désormais le lui disputer.

Il n'y a pas d'infraction lorsque le joueur reçoit le ballon directement

Il n'y a en principe pas de hors-jeu sur un coup d'envoi ou un pénalty, puisque tous les attaquants doivent être derrière la balle sur ces remises en jeu.

Un joueur n'est pas en position de hors-jeu s'il se trouve dans sa propre moitié de terrain de jeu ou sur la ligne médiane.

Interprétation[modifier | modifier le code]

Le hors-jeu ne devient une faute que lorsque le joueur commence à prendre une part active au jeu. Ceci est à prendre en considération quand une faute est commise alors qu'un joueur est en position de hors-jeu, par exemple si un adversaire touche le ballon de la main sur une passe en direction d'un joueur hors-jeu :

  • si le défenseur intercepte le ballon de la main sur une passe en direction d'un joueur en position de hors-jeu qui se contente d'attendre le ballon, l'arbitre doit considérer que celui-ci n'a pas encore commencé à disputer réellement la balle et siffler la faute de main (coup franc ou pénalty).
  • si le défenseur intercepte le ballon de la main alors que le joueur hors-jeu a commencé sa course pour le récupérer et n'en est plus qu'à quelques mètres, l'arbitre doit considérer que le joueur en position de hors-jeu a commencé à disputer le ballon et même s'il ne l'a finalement pas joué, doit siffler le hors-jeu. Dans ce cas l'arbitre peut avertir le défenseur pour conduite antisportive mais la reprise sera un coup franc indirect pour son équipe.

Les directives pratiques pour les arbitres définies dans les lois du jeu 2017/2018 de l'IFAB comprennent 14 schémas illustrant dans quels cas le joueur en position de hors-jeu doit être considéré comme interférant avec le jeu ou un adversaire, ou tirant avantage de sa position.

Sanction[modifier | modifier le code]

Pour toute infraction de hors-jeu, l’arbitre accorde à l’équipe adverse un coup franc indirect qui doit être exécuté à l’endroit où la faute a été commise (sous réserve des circonstances particulières de la loi 13).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Histoire des Lois du Jeu - De 1863 à aujourd'hui - FIFA.com », sur FIFA.com (consulté le 9 janvier 2016)
  2. a b c d et e Carosi, Julian (2006), The History of Offside, consulté le 10 décembre 2010.
  3. (en) Julian Carosi, « The History of Offside » [PDF], kenaston.org, (consulté le 10 décembre 2010), page 6.
  4. « Histoire des Lois du Jeu - 1980 - 1990 - FIFA.com », sur FIFA.com (consulté le 9 janvier 2016)
  5. « Histoire des Lois du Jeu - 1990 - 2000 - FIFA.com », sur FIFA.com (consulté le 9 janvier 2016)
  6. « Histoire des Lois du Jeu - 2001 - 2006 - FIFA.com », sur FIFA.com (consulté le 9 janvier 2016)
  7. Le premier point de contact du ballon joué/touché doit être pris en considération à cet effet

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]