Liste historique des navires câbliers français

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Depuis 1850 la France a été avec l'Angleterre à l'origine de poses de câbles sous-marins de communications. Depuis cette date pas moins de vingt navires câbliers français ont été gérés par les services de l'État. En 2000, France Télécom privatisé a créé la filiale France Télécom Marine, chargée de la gestion de ses quatre navires. À cette société a succédé en 1999, Orange Marine, qui exploite en 2014, 6 navires[1].

En 2001-2002 Alcatel Cable a acquis quatre unités gérés par la société Alda Marine SA, coentreprise entre les sociétés Alcatel-Lucent et LDA (Louis Dreyfus Armateurs).

Navire Activité Longueur (m) Largeur (m) Tirant d'eau (m) Puissance (ch) Charge (t) Illustration
Ampère 1 1864-1924 51,77 8,00 3,00 75
L'Ampere1 en 1864
Charente 1874-1931 65,04 9,07 3,07 800 1 061
Le Charente en 1890
Pouyer-Quertier 1879-1931 98,69 10,94 6,98 1 396
CA Caubet 1905-1915 72,60 10,61 7,99 2 078
Le Contre-Amiral Caubet 1905
François Arago 1882-1914 97,53 12,92 8,53 3 342
Le François Arago en 1882
E Jeramec/Pierre Picard 1913-1952 88,15 12,53 7,22 2 316
Le Jeramec en 1913
Arago 1914-1950 63,52 9,17 5,06 901
L'Arago en 1914
Émile Baudot 1917-1962 67,82 9,81 3,08 1 200 1 049
L'Émile Baudot en 1917
Ampère 2 1930-1944 91,30 12,55 5,14 2 500 3 434
L'Ampere2 en 1930
IC Hannff 1937-1953 35,94 6,77 2,29 200 199
Alsace 1939-1974 88,06 12,12 5,33 2 650 2 092
D'Arsonval 1941-1965 76,50 10,09 3,93 1 715
Ampère 3 1951-1984 91,14 12,60 5,15 2 500 2 100
Marcel Bayard 1961-1981 121,50 15,60 6,50 4 400 4 500
Vercors/Chamarel 1974-2012 133,00 18,20 7,30 6 000 5 700
Le Vercors en 1995
Île de Ré 1982- 143,40 23,30 6,50 11 800 4 500
Léon Thévenin 1983- 107,00 17,80 6,24 3 800 3 200
Le Léon Thévenin à Calais 2002
Raymond Croze 1983- 107,00 17,80 6,24 3 800 3 200
Le Raymond Croze en 1993.
Fresnel 1997-2003 109,40 23,20 6,90 11 325 7 200
Île d'Aix[2] 1992- 151,14 21,60 6,50 3 500[3]
Île d'Aix 2019
Fresnel 1997-2003 109,40 23,20 6,90 11 325 7 200
Le Fresnel en 1998
René Descartes 2002- 144,50 22,00 7,42 22 000 8 208
René Descartes en 2006
Île de Batz 2001- 140,36 23,40 7,30 16 700 8 000
L'Île de Batz à Calais en 2004
Île de Bréhat 2002- 140,36 23,40 7,30 16 700 8 000
L'Île de Bréhat à Brest en 2005
Île de Sein 2002 140,36 23,40 7,30 16 700 8 000
L'Île de Sein à Calais en 2004
Pierre de Fermat 2014- 100,1 21,5 7,1 9 000 Kw + 715 Kw 4 000[4]

Source[5],[6]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Pierre de Fermat, sur le site marine.orange.com, consulté le 10 novembre 2014
  2. « Site marinetraffic.com »
  3. « Nouveau navire câblier Île d'Aix »
  4. Caractéristiques du Pierre de Fermat, sur le site marine.orange.com, consulté le 10 novembre 2014
  5. Collectif Du morse à l'Internet. 150 ans de Télécommunications par câbles sous-marins - R. Salvador - G. Fouchard - Y. Rolland - AP. Leclerc. Éditions AACSM
  6. Cloître impr.), La grande aventure des câbles télégraphiques transatlantiques à la pointe de Bretagne., Locmaria patrimoine, dl 2016 (ISBN 9782955621806 et 2955621803, OCLC 959963171, lire en ligne)