Lionel Martin (saxophoniste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Lionel Martin
Image dans Infobox.
Lionel Martin en 2017.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Lionel Martin né à Lyon en 1974, est saxophoniste et compositeur de jazz français[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

S’il commence le saxophone classiquement à l’école de musique à l’âge de 7 ans, les influences de Lionel Martin vont de Sidney Bechet à John Coltrane en passant par les Béruriers Noirs, groupe phare de la scène punk et alternative française des années 1980. Très vite, il préfère la pratique de l’improvisation.

Dans la fin des années 2010 encore, il joue aussi bien dans les festivals internationaux qu’au coin de la rue[2], dans laquelle il puise son énergie[3].

À cette époque, Steve Lacy et Louis Sclavis l'encouragent dans cette voie personnelle d'improvisation. Il joue à Cuba dans l’orchestre de Luc Le Masne, et s’affirme au sein du Trio Resistances. Il rencontre le saxophoniste américain George Garzone (en), avec qui il joue et enregistre au sein du Quintet Madness Tenors.

Il multiplie les expériences et les projets. Toutes ces années on a pu le voir jouer en solo ou duo avec vidéo[réf. nécessaire], danse[réf. nécessaire], poésie[réf. nécessaire], performance d’une semaine[réf. nécessaire] perché dans un arbre[4] pour le Rhino Jazz Festival[5]. Il accompagne la poète Samira Negrouche, ou le slammeur Mehdi Kruger[6]. On le voit[réf. nécessaire] aussi dans une création du metteur en scène Laurent Fréchuret, Le projet Rimbaud[7], avec le comédien Maxime Dambrin. On a pu l’entendre accompagner Patrick Chamoiseau, Emmanuel Merle

Collectionneur de vinyles, Lionel Martin redécouvre les Stooges en tombant sur un exemplaire de Funhouse[réf. nécessaire] ; il crée le groupe Bunktilt[réf. nécessaire] qui jouera[réf. nécessaire] et enregistrera par la suite[réf. nécessaire] avec Steve Mackay, saxophoniste du groupe des Stooges.

Avec le groupe d'ethno-rock uKanDanZ[8], il enchaîne concerts et tournées dans le monde. Suite au succès de ce dernier, il monte son propre label, Ouch ! Records[9] (12 références de Jim Black, à Zézé Wolo (conteur Guinéen), en passant par Louis Sclavis, Mario Stantchev en solo, ou Steve Mackay des Stooges avec le groupe Bunktilt). Il crée l’orchestre O.S.L.O[réf. nécessaire], synthèse live du label avec Louis Sclavis, le guitariste Damien Cluzel, le pianiste Mario Stantchev[10] et Ramon Lopez.

Parallèlement, Lionel Martin travaille aussi sur des formes acoustiques avec l’accordéoniste Jean-François Baëz[réf. nécessaire], ou Mario Stantchev avec qui il a enregistré Jazz before Jazz[11], relecture des œuvres du compositeur américain du XIXe siècle Louis Moreau Gottchalk, laquelle obtient le label « Choc » du magazine Classica[12], et est distinguée comme « Indispensable » par la magazine Jazz News[13],[14]. Avec le batteur Sangoma Everett[15], il a enregistré Revisiting Afrique[16], adaptation de l'album Afrique de Count Basie et Oliver Nelson paru en 1971[Lequel ?].

Il rejoint et collabore au groupe de recherche PIND pour une histoire de la scène Punk[réf. nécessaire][17].

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 2020
  • 2019 :
  • 2018 :
    • uKanDanZ – Yeketelale ;
    • Palm Unit – Chant Inca ;
  • 2017 :
    • Quintet Madness Tenors – Be Jazz for Jazz[22] ;
  • 2016 :
    • uKanDanZ – Awo[23] ;
    • Lionel Martin & Mario Stantchev – Jazz before Jazz ;
  • 2012 : uKanDanZ – Yetchalal ;
  • 2008 : Nachoff Tocanne PROJECT – 5 New dreams ;
  • 2007 : New dreams – NOW ;
  • 2006 : Trio Resistances – États d’urgence ;
  • 2004 : Trio Resistances – Global songs ;
  • 2003 : Lionel Martin new trio – Valse à Ekaterinbourg ;
  • 2002 :
    • Y’en qui manquent pas d’air – Cœur de lune ;
    • Luc Le Masne – Le Manacuba ;
  • 2001 :
    • Abigoba – Astrophysical emotions ;
    • Trio Resistances ;
    • Lionel Martin trio – Scènes de méninges ;
  • 1997 :
    • Free sons sextet – Live à Gexto ;
    • Free sons sextet.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Lionel Martin : portrait et biographie sur France Musique », sur France Musique (consulté le 28 février 2020).
  2. « Lionel Martin, un souffle continu », sur www.petit-bulletin.fr (consulté le 3 mars 2020).
  3. Raphaël Benoit, « Lionel Martin », sur Citizen Jazz (consulté le 28 février 2020).
  4. « Le Rhino Jazz Festival est de retour ! - Lemagazine.info », sur www.lemagazine.info (consulté le 9 mars 2020).
  5. https://www.rhinojazz.com/ .
  6. https://www.prixgeorgesmoustaki.com/portfolio/mehdi-kruger-2/ .
  7. « Rimbaud ressuscité aux Marronniers », sur actualites.mytoc.fr (consulté le 28 avril 2020)
  8. « "Gesse", nouveau clip captivant de uKanDanZ », sur FIP (consulté le 3 mars 2020).
  9. https://www.ouchrecords-vinyls.com/ .
  10. http://www.mariostantchev.com/bio.html .
  11. « Mario Stantchev & Lionel Martin au Sunside », sur France Musique (consulté le 28 février 2020).
  12. Classica, « Sorties inspirées », Mensuel,‎ .
  13. Albert Laroux, « Jazz news », Mensuel,‎ .
  14. Bruno Guermonprez, « Jazz News », Mensuel,‎ , p. 22.
  15. http://www.jazzinmarciac.com/animateur/sangoma-everett .
  16. « Rhône. Jazz à Lyon Perrache : Sangoma Everett et Lionel Martin revisitent Count Basie », sur leprogres.fr (consulté le 3 mars 2020).
  17. « PIND aime – PIND » (consulté le 9 avril 2020)
  18. « "Solos", l'album... solo de Lionel Martin »
  19. Denis Desassis, « Solos - Lionel Martin - Chronique »
  20. « Jazz Culture : Les 20 ans des Allumés du Jazz », sur France Musique, (consulté le 9 mars 2020).
  21. « Palm Unit, l'hommage à Henri Texier », sur France Musique (consulté le 28 février 2020).
  22. « MADNESS TENORS : Be Jazz For Jazz », sur Nouvelle Vague (consulté le 9 mars 2020).
  23. (en) leoluce, « uKanDanZ », sur Indie Rock Mag, (consulté le 9 mars 2020).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Site du label Ouch ! Records fondé par Lionel Martin