Lil Rob

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lil Rob
Nom de naissance Roberto Flores[1],[2]
Naissance (40 ans)[3]
San Diego, Californie, Drapeau des États-Unis États-Unis[4]
Activité principale Rappeur, producteur, acteur
Genre musical Hip-hop, rap West Coast, G-funk, latin rap
Instruments Voix
Années actives Depuis 1992
Labels Familia Records, Low Profile Records, Upstairs
Site officiel lilrob.com

Lil Rob, de son vrai nom Roberto Flores, né le à San Diego en Californie, est un rappeur, producteur et acteur américain d'ascendance mexicaine. Il lance sa carrière de rappeur avec un premier album, Crazy Life, au début des années 1990. Au long de sa carrière, Lil Rob collabore avec les rappeurs chicanos Mr. Shadow, Mr. Sancho, et OG Spanish Fly, et des rappeurs notoires comme Paul Wall, The Game, E-40 et Pitbull. En mars 2010, des rumeurs circulent sur Internet selon lesquelles Lil Rob serait décédé, des rumeurs par la suite contestées et démenties.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lil Rob est né et élevé à La Colonia, Eden Gardens, un quartier hispanique près de Solana Beach[5]. Au début des années 1990, il commence à rapper sous le nom de Lil Rob and the Brown Crowd, et enregistre un single intitulé Oh, What a Night in the 619. Bien que le single n'ait atteint aucun classement, il sera inclus dans le premier album de Rob, Crazy Life[3] sous le titre Oh, What a Night. En 1994, alors qu'il n'a que 18 ans, il reçoit une balle dans la mâchoire et a le menton déchiqueté. Cet événement l'amène progressivement à renoncer à toute affiliation à un gang et à appeler à la brown pride (littéralement « fierté marron ») et à l'unité entre tous les chicanos[6].

Au long de sa carrière, Lil Rob collabore avec les rappeurs chicanos Mr. Shadow, Mr. Sancho, et OG Spanish Fly, et des rappeurs notoires comme Paul Wall, The Game, E-40 et Pitbull[4]. Lil Rob et Mr. Shadow étaient membres d'un groupe appelé The Mayhem Click. Le nombre douze et dix-huit, tatoués sur ses bras, représentent les valeurs numériques des lettres L et R, qui sont les initiales de Lil Rob. Ce chiffre était utilisé par Lil Rob au temps où il était taggeur[4]. En 2002, Rob signe chez Upstairs Records après être passé par de nombreuses maisons indépendantes. Il y trouve le succès avec la publication de son album Twelve Eighteen, Pt. 1 contenant le single Summer Nights qui sera diffusé à l'échelle nationale[3]. Summer Nights atteint la 36e place du Billboard Hot 100 et la 13e place des Hot Rap Tracks[7]. Le single qui suit, Bring Out the Freak in You, atteint la 85e place du Hot 100, et la 20e place des Hot Rap Tracks[7]. Ce succès l'amènera dans à jouer dans le film Dirty de Cuba Gooding, Jr. (2005) et dans Big Stan de Rob Schneider (2007). Il restera chez Upstairs pendant plusieurs années.

Le 29 juin 2007, Lil Rob fait sa toute première apparition à l'étranger, à Okinawa au Japon[8]. En 2008, il publie son neuvième album Twelve Eighteen, Pt. 2, qui comptera 4 922 exemplaires écoulés en fin octobre la même année[9]. En 2009, il publie son nouvel album, Love and Hate. En mars 2010, des rumeurs circulent sur Internet selon lesquelles Lil Rob serait décédé[5], des rumeurs par la suite contestées et démenties[10]. Le 27 mars 2014, Lil Rob publie R.I.P. Recording In Progress (Deluxe Version)[11]. L'album suit d'une mixtape intitulée Streetz Walk en novembre 2014[12].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 1994 : Crazy Life
  • 1998 : Natural High
  • 2000 : Still Smokin
  • 2002 : The Album
  • 2002 : The Last Laff EP
  • 2003 : Can't Keep a Good Man Down
  • 2004 : Neighborhood Music
  • 2005 : Twelve Eighteen, Pt. 1
  • 2008 : Twelve Eighteen, Pt. 2
  • 2009 : Love and Hate
  • 2010 : (Lil Rob's) Oldie Collection
  • 2014 : R.I.P. Recording In Progress (Deluxe Version)

Mixtapes[modifier | modifier le code]

  • 2007 : Uncut For The Calles: Mextape Vol. 1
  • 2011 : Everything to Me
  • 2012 : It's My Time
  • 2014 : Streetz Walk

Albums de remixes[modifier | modifier le code]

  • 2000 : DJ Supermix
  • 2003 : High 'Til I Die: Remix 2000

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 2004 : Greatest Hits Non-Stop
  • 2005 : Gangster Classics
  • 2005 : Instrumentals

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « California birth index », sur familytreelegends.com (consulté le 25 mars 2012).
  2. James Hebert, « For Lil Rob, home is where his heart is », sur San Diego Union-Tribune,‎ (consulté le 28 juin 2015).
  3. a, b et c (en) Jason Birchmeier, « Lil Rob Biography », AllMusic (consulté le 18 novembre 2015).
  4. a, b et c (en) « Lil' Rob's Summer Nights », LatinRapper.com,‎ (consulté le 28 avril 2010).
  5. a et b (en) « Lil Rob », sur San Diego Reader (consulté le 18 novembre 2015).
  6. (en) « Lil' Rob Represents Brown Pride », LatinRapper.com,‎ (consulté le 18 novembre 2015).
  7. a et b (en) « Lil' Rob Charts and Awards Billboard Singles », AllMusic (consulté le 28 avril 2010).
  8. (en) « Lil Rob Chicano Pride ready to rock Okinawa », sur Weekly Japan Update (consulté le 3 février 2013).
  9. (en) « http://hiphopdx.com/news/id.7987/title.hip-hop-album-sales-the-week-ending-10-26-08 », sur HipHopDX,‎ (consulté le 18 novembre 2015).
  10. (en) « Lil Rob Death:Is Lil Rob Dead? No », sur newsopi,‎ (consulté le 18 novembre 2015).
  11. (en) « Lil Rob - R.I.P. Recording In Progress (Deluxe Version) », sur iTunes (consulté le 18 novembre 2015).
  12. (en) « Lil Rob - Streetz Walk », sur DatPiff (consulté le 18 novembre 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]