Le Mort qu'il faut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Le mort qu'il faut)
Aller à : navigation, rechercher
Le Mort qu’il faut
Auteur Jorge Semprún
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Genre Roman
Éditeur éditions Gallimard
Collection Blanche
Date de parution 2001
Nombre de pages 248
ISBN 207075975X
Chronologie

Le Mort qu'il faut est un roman autobiographique de Jorge Semprún qui se déroule dans le camp de concentration de Buchenwald.

Présentation[modifier | modifier le code]

« La vie en soi, pour elle-même, n'est pas sacrée : il faudra bien s'habituer à cette terrible nudité métaphysique. » (Jorge Semprún - Adieu vive clarté…)

Il aura fallu à Jorge Semprún plus de cinquante ans pour parler de cet épisode de sa vie dans le camp de concentration de Buchenwald. Il ne la mentionne ni dans Le Grand Voyage ni dans L'Écriture ou la Vie ses deux livres précédents qui décrivent la vie de Buchenwald. C'est au cours d'une conversation avec le peintre Zoran Mušič, plus exactement à partir d'un dessin représentant deux cadavres allongés tête-bêche, que resurgirent ses souvenirs.

Cette fraternité dans la mort apparaît déjà dans L'Écriture ou la vie avec la mort de son ami et professeur Maurice Halbwachs. Mais ici, face à l'agonie du « mort qu'il faut », ce François L avec qui il avait parlé littérature, Semprún ne peut prononcer une parole. Dans cette espèce de tombeau qu'est à l'aube ce lieu, le « Lager », « salle des sans-espoir », il tente de recueillir quelques bribes de paroles balbutiées par cette bouche inerte. François L, avant de sombrer dans « l'éternité de la mort » tente d'articuler quelques sons mais Semprún ne distingue que nihil prononcé deux fois.

Ce n'est que cinquante ans plus tard qu'il repensera à ces syllabes prononcées par François L quand il adapte Les Troyennes de Sénèque pour le théâtre de Séville, ce vers qu'il retrouve : « Il n'y a rien après mort, la mort elle-même n'est rien. »

Résumé et contenu[modifier | modifier le code]

Maurice Halbwachs Cadres sociaux de la mémoire maitrier.jpg

Quand une note arrive au camp, venant de la Direction centrale des camps de concentration à Berlin, ce n'est jamais bon signe. Elle aboutit sur le bureau de la Politische Abteilung, l'antenne de la Gestapo de Buchenwald. Il s'agit d'une demande de renseignements sur un certain Jorge Semprún. L'intéressé n'est pas trop inquiet, ce n'est qu'un obscur exécutant, un anonyme dans le camp.

Mais on s'organise, prenant les précautions nécessaires en pareil cas. Les camarades de l'organisation communiste clandestine qui ont intercepté la note de Berlin décident de mettre en place la solution utilisée dans une telle situation : envoyer Semprún à l'infirmerie et lui donner l'identité d'un certain « François L » qui est agonisant. Ainsi se met en place le mécanisme de changement d'identité dans un face-à-face avec la mort.

C'est comme si Semprún tardait à aborder la question essentielle, celle de l'identité, la sienne qui dit être écartée en raison du danger, celle de cet être mourant qui va perdre et sa vie et son identité. Son écriture indirecte, où la mémoire hésite à défiler les événements, où la chronologie n'a pas sa place, nous conduit dans la longue nuit au Lager, revenant sur des moments, sur des lieux, sur ces fameuses latrines de Buchenwald, « lieu d'asile et de liberté » unique, hors du regard des nazis qui n'y pénètrent jamais.

Il revoit les visites du dimanche à son ami et professeur Maurice Halbwachs, autour du châlit du bloc 56, évoquant le passé. Son refuge, c'est aussi la présence constante de la poésie, la récitation silencieuse de poèmes qui l'obligent à d'énormes efforts de mémoire mais lui permet d'oublier la promiscuité du camp. C'est là qu'il apprendra que les camps ne sont pas l'apanage de l'Allemagne nazie et qu'il en existe aussi en URSS.

Il glane des renseignements sur « François L », ce « quasi-mort qu'il faut », cet homme dont il « usurpe » l'identité. C'est un étudiant parisien, fils d'un des chefs de la Milice française, « ce mort vivant était un jeune frère, mon double peut-être, mon Doppelgänger : un autre moi-même ou moi-même en tant qu'autre ». Il lui restait à lui Jorge Semprún, au-delà du devoir de mémoire, d'écrire ces pages pour faire revivre cet homme dépossédé de son histoire, de son identité, d'écrire et décrire cette mort pour qu'au moins à travers les liens qu'elle a forgés, elle prenne un sens.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Œuvres de Semprun sur cette époque 
Autres œuvres sur cette époque 

Liens externes[modifier | modifier le code]