Le Livre brisé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Livre brisé
Auteur Serge Doubrovsky
Pays Drapeau de la France France
Genre roman
Éditeur Éditions Grasset
Date de parution
Nombre de pages 416
ISBN 2246386314

Le Livre brisé est une autofiction de Serge Doubrovsky publiée le aux éditions Grasset et ayant reçu la même année le prix Médicis.

Résumé[modifier | modifier le code]

Mai 1985. L'auteur entreprend un journal intime présenté par son éditeur comme la « version fin de siècle de La Nausée[1] ». Pourtant, l'œuvre reste avortée : la femme de Serge Doubrovsky, jalouse des narrations des amours passées de son mari, lui demande de cesser ce projet littéraire et de raconter frontalement leur vie conjugale sans pudeur aucune. Dès lors, le livre se brise en deux : entre fiction et réalité le lecteur assiste à la trajectoire du couple, jusqu'à la tragédie. Comme le soulignera Jean-François Bacot: "Serge Doubrovsky se trouve entier - mais prêt à éclater - dans cette mort qui l'habite. De ce point de vue, la mort d'Ilse pousse jusqu'à l'insupportable la méditation sur la responsabilité et sur l'absurde. C'est par ce manque vertigineux que le néant devient objectivité, au-delà de ce point de douleur les mots fondent en cris: peux plus écrire, que crier, total silence"[2].

Commentaire[modifier | modifier le code]

Marc Weitzmann, cousin de Doubrovsky, critiquera fortement Le Livre brisé dans un de ses romans intitulé Chaos. Il remet en cause l'entreprise littéraire autofictive de l'ouvrage : Serge Doubrovsky y est présenté comme « le roi de l'autobiographie caviardée » et de l' « exhibitionnisme » ayant « manipulé, usé, torturé jusqu'à la fin » un être - sa femme - « psychiquement plus fragile que lui », « dans le seul et unique but d'achever son entreprise littéraire »[3].

Éditions[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Études de l'œuvre[modifier | modifier le code]

  • Hélène Jaccomard, « Que brise Le Livre brisé de Serge Doubrovsky ? », Littérature, n° 92, 1993, p. 37-51[4].
  • Jean-François Bacot, «Les actes du désastre: la vie ne se passe pas de commentaires. Sur le livre brisé de Serge Doubrovsky », in Tribune juive (Montréal), vol. 7, n° 4, 1989, p. 10-13.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Serge Doubrovsky, Le Livre brisé, Paris, Grasset, 1989, quatrième de couverture.
  2. Jean-François Bacot, « "Les actes du désastre: la vie ne se passe pas de commentaires.Sur Le livre brisé de Serge Doubrovsky." », Tribune juive (Montréal),‎ vol. 7, n° 4, 1989, p. 10-13
  3. Article de Libération
  4. Article en ligne