Lavabo (sanitaire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la vasque sanitaire. Pour la vasque liturgique, voir Lavabo.
Un lavabo en porcelaine.

Un lavabo est une vasque dans laquelle on se lave. Il est généralement situé dans une salle de bains voire une chambre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Meuble de toilette, Musée au Vrijthof

Dans la tradition chrétienne, le lavabo désigne aussi un mobilier destiné aux ablutions liturgiques.

D'autre-part, au XIIe siècle, les monastères cisterciens aménagent à l'intérieur du cloître un édicule au sein duquel se trouve une fontaine nommée lavabo ou fontaine. Par extension, la pièce contenant cette fontaine est également nommée lavabo. Les cisterciens du XIIe siècle s'occupant de rudes travaux manuels, il leur fallait, avant d'entrer à l'église ou au réfectoire, laver les souillures qui couvraient leurs mains[1].

On donne le nom d'évier ou pierre à évier ou pierre à laver, à la pierre creusée qui reçoit l'eau domestique. Quelquefois agrémenté d'une pompe à bras, c'est pendant longtemps le seul point d'eau de la maison[2].

Tant que l'eau n'est pas distribuée dans les pièces des appartements par un réseau de conduites, ce qui se produit à partir du milieu XIXe siècle, les lavabos consistent souvent en un meuble bas, le meuble de toilette, couvert éventuellement d'une plaque de marbre, et sur lequel sont posées une vasque de faïence et une cruche, le service de toilette.

Une tablette et un miroir complètent quelquefois le meuble.

Le service de toilette qui s'accompagne éventuellement d'un porte-savon sera l'objet d'une production en série par les faïenceries, qui en feront quelquefois un objet de luxe richement ouvragé.

Description[modifier | modifier le code]

Le lavabo est généralement fabriqué en porcelaine sanitaire ou en grès sanitaire, équipé ou non d'un trop-plein et d'une bonde manuelle, automatique ou fixe, suspendu (accroché au mur via des boulons ou des crochets), encastré dans un plan de travail (il est alors appelé « vasque »), ou posé sur une colonne. Le lavabo intègre ou non un porte-serviette ou un porte-savon.

Il est pourvu d'un robinet l'alimentant en eau courante, et d'un système d'évacuation des eaux usées munie d'un siphon à godet ou en tube.

Les petits modèles appelés lave-mains équipent également les toilettes.

Par extension, la pièce de leur disposition multiple peut être désignée au pluriel : « les lavabos ».

Dans les arts et la littérature[modifier | modifier le code]

Si la baignoire est un élément de décor associé à des scènes érotiques ou de suicide, et le rideau de douche est associé au suspense (voir Psychose), le lavabo est un motif récurrent des scènes de torture par noyade au cinéma. Surmonté d'un miroir, il est le lieu où le héros se trouve confronté à lui-même (souvent le matin au réveil) ; d'une armoire à pharmacie, celui où apparaît la tentation du suicide par ingestion de médicaments.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Viollet-le-Duc Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe.
  2. J.M. Morisot, Tableaux détaillés des prix de tous les ouvrages du bâtiment. Vocabulaire des arts et métiers en ce qui concerne les constructions (fontainerie), Carilian, 1814