Langue sinoxénique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une langue est dite sinoxénique si dans son vocabulaire elle possède un grand nombre de termes d'étymologie chinoise, sans toutefois être à l'origine une langue de la famille des langues chinoises. Le terme sinoxénique, adaptation de l'anglais sino-xenic, est dû au linguiste Samuel Martin (en).

Le coréen, le japonais et le vietnamien sont les exemples les plus répandus de langues sinoxéniques. En effet, ces langues, en important le système d'écriture chinois (les sinogrammes), ont été enrichies d'un vocabulaire nouveau venu de Chine. Peu à peu ce vocabulaire de la langue écrite a pénétré les langues parlées, au point qu'aujourd'hui, en incluant les mots inventés au Japon sur la base des lectures sino-japonaises des sinogrammes[1], la plupart des mots que l'on trouve dans le dictionnaire de japonais Shinsen-kokugo-jiten (新選国語辞典) sont issus directement ou indirectement de la langue chinoise.

Une « lecture sinoxénique » désigne une prononciation d'un sinogramme en japonais (ou en coréen) dont l'origine est une prononciation chinoise. On parle plus communément de lectures sino-japonaises, sino-coréennes, etc.

Note : Dans les langues de Ryūkyū, insulaires des termes différents sont utilisés dans la langue courante, la nation (国家) est représenté par l'île (Ryukyu est constitué de nombreuses petites îles) (島/岛), la forêt (森林 ou 林) par la montagne (山), (la forêt se trouve sur les pics montagneux), la correspondance linguistique par les termes d'utilisation courante ne sont pas ici le meilleur exemple.

Exemples autochtones
Français Chinois (mandarin standard) Japonais (japonais standard) Coréen (dialecte de Séoul) Vietnamien (dialecte de Saigon) Ryukyu (dialecte d'Okinawa) Zhuang (dialecte de Wuming)
Peuple chinois 中國人 zhōngguórén 中国人 chūgokujin 중국 사람 Jungguk salam người Trung Quốc (𠊚中國) 唐ん人 tooNchu (personne Tang ~唐人) Boux Cunghgoz
Nation 國家 guójiā kuni 나라 nara đất nước (𡐙񣕺) shima (île)
Montagne shān yama 산 san núi (𡶀) mu'i (grand/vigoureux) bya (岜)
Une hito 일 il một (𠬠) てぃいち tīchi nděu
Forêt 森林 sēnlín mori sup rừng (𡼹) yama (montagne) ndoeng (崬)
Langue 語言 yǔyán 言葉 kotoba mal tiếng (㗂) guchi (bouche) Vah
Écrire (passé) xiě 書く kaku 썼다 sseotta 書ちゃん kachan
Soupe tāng shiru guk canh yuu
Manger chī, 食 shí 食べる taberu 먹다 meokda ăn (𩛖) 噛むん kamun gwn (𫩒)
Mère, maman (discours informel) 媽媽 māmā お母さん okāsan 어머니 eomeoni mẹ (媄) あんまー 'anmaa
Pronom personnel (générique) watashi na tôi (𪝬) 我ん wan gou
Exemples sinoxéniques
Français Chinois (mandarin standard) Japonais (japonais standard) Coréen (dialecte de Séoul) Vietnamien (dialecte de Saigon) Ryukyu (dialecte d'Okinawa) Zhuang (dialecte de Wuming)
Appartenance ethnique 民族 mínzú 民族 minzoku 民族(민족) minjok dân tộc (民族) 民族 minzuku Minzcuz (民族)
Masse 人民 rénmín 人民 jinmin 人民(인민) inmin nhân dân (人民) 御万人 'umaNchu Yinzminz (人民)
République 共和國 gònghéguó 共和国 kyōwakoku 共和國(공화국) gonghwaguk Cộng hòa (共和) 共和国 kyoowakuku Gunghozgoz (共和国)
Sinogramme 漢字 hànzì 漢字 kanji 漢字(한자) hanja hán tự (漢字) 漢字 kwanji
Téléphone 電話 diànhuà 電話 denwa 電話(전화) jeonhwa điện thoại (電話) 電話 denwa
Grande Muraille de Chine 萬里長城 Wànlǐ Chángchéng 万里の長城 Banri-no-Chōjō 萬里 長城(만리 장성) malli jangseong Vạn Lý Trường Thành (萬里長城) 万里ぬ長城 manri-nu-Choojoo
Étudiant(s) 学生 xuéshēng 学生 gakusei 学生(학생) haksaeng học sinh (学生) 学生 gakusoo hagseng (学生)
Liberté 自由 zìyóu 自由 jiyū 自由(자유) jayu tự do (自由) cwyouz (自由)
Égalité 平等 píngděng 平等 byōdō 同等(동등) dongdeung bình đẳng (平等) bingzdaengj (平等)
Journal 新聞 xīnwén 新聞 shinbun 新聞(신문) simmun tin tức (信息)
Film 電影 diànyǐng 映画 eiga 映畵(영화) yeonghwa điện ảnh (電影) 影踊 kaagaaudui, 影芝居 kaagaashibai

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. À l'image de mots scientifiques ayant des racines grecques inventés en France ou en Grande-Bretagne.