Langues ryūkyū

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Langues ryukyu)
Aller à : navigation, rechercher
Langues ryūkyū
Pays Japon
Région préfecture d'Okinawa, Îles Amami
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3
Variétés :
ryn – amami du Nord
ams – amami du Sud
kzg – kikai
xvg – kunigami
mvi – miyako
okn – oki-no-erabu
ryu – okinawaïen
tkn – toku-no-shima
rys – yaeyama
yoi – yonaguni
yox – yoron
IETF ryn, ams, kzg, xvg, mvi, okn, ryu, tkn, rys, yoi, yox
Linguasphère 45-CAC
Carte
Situation des îles Ryūkyū.
Situation des îles Ryūkyū.

Les langues ryūkyū sont parlées dans les îles Ryūkyū et appartiennent à la famille des langues japoniques. Les îles Ryūkyū comptent plus d'un million d'habitants, mais seule une minorité de cette population est encore capable de parler ces langues. Toutes les langues ryūkyū sont en danger ou en voie de disparition au profit du japonais.

Elles ne sont pas officiellement reconnues par le Japon comme des langues différentes du japonais, et sont traditionnellement classées comme « dialectes japonais », un point de vue rejeté par la majorité des chercheurs. Ce sont les seules langues dont la parenté avec le japonais a été prouvée de manière irréfutable.

Ces langues constituent l'une des deux branches du groupe japonique regroupant également les parlers de la métropole et leurs extensions. Comprenant plusieurs centaines de milliers de locuteurs, l'okinawaïen est de loin le plus usité.

Les langues ryūkyū et le japonais se sont séparés au cours des premiers siècles de notre ère, sans doute entre le IIIe et le VIe siècle. La migration des locuteurs japoniques vers les îles Ryūkyū n'a en revanche eu lieu que vers le Xe siècle, après une période de plusieurs siècles de contact avec le japonais sur l'île de Kyūshū[1].

La parenté des langues ryūkyū avec le japonais a été établie au XIXe siècle par Basil Hall Chamberlain[2] dans sa grammaire comparée de l'okinawaïen et du japonais[3].

Liste[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Thomas Pellard, « The linguistic archeology of the Ryukyu Islands », dans Patrick Heinrich, Shinsho Miyara et Michinori Shimoji, Handbook of the Ryukyuan languages: History, structure, and use, Berlin, De Mouton Gruyter, (ISBN 9781614511618, DOI 10.1515/9781614511151.13, lire en ligne), p. 13-37
  2. (en) Basil Hall Chamberlain, Essay in aid of a grammar and dictionary of the Luchuan language, Yokohama, Kelly & Walsh, coll. « Transactions of the Asiatic Society of Japan » (no 23, supplément),
  3. (en) John Bentley, « Proto-Ryukyuan », dans Patrick Heinrich, Shinsho Miyara et Michinori Shimoji, Handbook of the Ryukyuan languages: History, structure, and use, Berlin, De Mouton Gruyter, (ISBN 9781614511618, DOI 10.1515/9781614511151.39), p. 39-60