La Tentation de Saint Thomas d’Aquin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La tentation de saint Thomas d’Aquin
Velazquez-Oriola.jpg
Artiste
Date
1632
Type
Technique
Dimensions
(H × L)
244 × 203 cm
Localisation
Musée des Arts Sacrés de la Cathédrale, Orihuela (Espagne)

Tentation de Saint Thomas d’Aquin est une huile sur toile peinte par Diego Velázquez en 1632 et conservée au musée d’art religieux du diocèse d’Orihuela en Espagne.

Histoire[modifier | modifier le code]

la toile est rattachée à la période 1630-1634 et au premier voyage en Italie[1]. Il s'agit d'une des rares œuvres religieuses de Vélasquez - avec notamment le Christ crucifié et Saint Antoine Abbé et saint Paul, premier ermite de la même époque. Pour Guillaume Kientz commissaire de l'exposition Vélasquez à Paris, il est probable que la toile eut été commandée par Antonio de Sotomayor pour le collège d'Orihuela qu'il dirigeait[2]. La toile est conservée dans le musée d'art sacré de la ville.

Cette toile fut initialement attribuée au peintre Nicolas de Villacis puis à Alonso Cano. Dans les années 1920 il fut reconnu comme original de Vélasquez.

Description[modifier | modifier le code]

La toile représente Saint Thomas d'Aquin après avoir résisté à une tentation de la part d’une prostituée alors qu’il était encore novice. La prostituée est visible au fond par la porte ouverte. Il l’a fait fuir avec un tison enflammée qui repose à ses pieds. Le saint est soutenu par un ange pendant qu’un autre se prépare pour lui poser un ruban blanc symbole de chasteté[1]..

Le tableau est organisée selon la croix formée par les deux diagonales de la toile (aile de l’ange, bras du saint d’un côté ; tunique de saint Thomas de l’autre) qui se croisent au niveau des visages de Thomas et de l’ange ; « confronté à une iconographie exceptionnelle Vélasquez démontre ici comme toujours une étonnante capacité à adapter son génie à une oeuvre didactique[1] ». Le miracle est humanisé. Les couleurs claires, la lumière et les éléments de perspectives sont typiques du premier voyage de Vélasquez en Italie, période à laquelle le sévillan réalisa cette toile[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Vélasquez », Dossier sur l'Art, no 63,‎ , p. 94
  2. Velázquez, Catalogue de l'Exposition. Grand Palais, Paris 2015.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Velázquez, Catálogo de la Exposition. Museo del Prado, Madrid, 1990.
  • Velázquez, Catalogue de l'Exposition. Grand Palais, Paris 2015.