La Ruda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis La Ruda Salska)
Aller à : navigation, rechercher
La Ruda
Surnom Ruda Salska[1]
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Rock alternatif, metalcore[2], ska, salsa,
Années actives 19952012
Labels Tripsichord, Yelen musiques, Wagram Music[3], Moon Records
Composition du groupe
Anciens membres Voir membres

La Ruda est un groupe de rock alternatif français, originaire de Saumur. Formé en 1993 et dissous en 2012, il est initialement appelé La Ruda Salska, nom inspiré de celui d'une ville polonaise, Ruda Śląska, mais aussi de leurs goûts musicaux (rock, ska, salsa), et donc de leur musique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts (1995–1998)[modifier | modifier le code]

Le groupe est formé en 1995 de l'éclatement d'une précédente formation. De ce premier groupe, il reste Pierrot (chant) et Manu (batterie). Viendront se greffer Fred (guitare), Jam (basse), Ritchoune (guitare), Roro (trombone), Daddy (trompette) et François (saxophone). Le groupe enregistre une démo cinq titres, dont Porque no la vida, Babylone, et Radio ska. Le morceau Porque no la vida sort sur une compilation américaine Latin Ska sur le label Moon Records.

Le premier album (Le Prix du silence) est enregistré dans un garage et sort en autoproduction en 1996. Le groupe signe avec Tripsichord qui distribue l'album (Tripsichord disparaîtra en même temps que Small Axe en 2004). François quitte le groupe en 1996 ou 1997, remplacé par Philly. Le morceau Trianon, de l'album Le Prix du silence, est le nom d'un véritable restaurant de Saumur, où les membres du groupe étaient des amis de Monsieur Jacques, le patron décédé en 2015[4]. En janvier 1999, le groupe signe un contrat avec Yelen musiques qui rachète alors les droits des deux premiers albums[5].

Nouveaux albums (1999–2005)[modifier | modifier le code]

Le deuxième album, L'Art de la joie, arrive en 1999, toujours enregistré avec les moyens du bord, et toujours distribué par Tripsichord. L'acteur français Bernard Menez apparaît dans le clip Du Riffifi chez les Branques, chanson extraite de L'Art de la joie. C'est également à lui que Pierrot fait allusion en citant « ça fera plaisir à Nanard » à l'ouverture de cette chanson dans l'album live En concert.

En 2000 sort le premier album live, reprenant des titres des deux premiers albums et trois inédits : Roots ska goods joué par Loïc Da Silva — collaboration qui donnera par la suite l'album de reprises à l'accordéon — L'instinct du meilleur — morceau d'introduction des concerts de La Ruda — et Candide révolver. La Ruda Salska change de bassiste : Jam s'en va, et Pee-Why arrive. C'est en 2001 que sort le premier album studio chez Yelen, Passager du réel, le troisième album du groupe[6]. Le contrat avec Yelen est rompu en 2003 par Sony/Yelen. Le groupe monte donc sa propre structure : Les Associés du Réel. Le groupe sort ensuite l'album Loic Da Silva joue La Ruda Salska, avec 10 titres joués à l'accordéon, dont un inédit, Mado.

En 2003, ils décident de raccourcir le nom pour s'appeler La Ruda. Les modifications de la formation et du nom amènent également un changement dans leur style musical pour se diriger vers du rock accompagné d'une section cuivre. En 2004, un contrat est signé avec Wagram music pour la distribution mondiale (hors Canada réservé pour les Disque Indica). Ce contrat arrive avec la sortie du quatrième album studio du groupe, 24 images/seconde, souvent considéré plus rock par les critiques. La Ruda se « sépare » de son Salska, sans l'oublier totalement, car encore utilisé parfois lors des concerts.

En 2005 sort Dans la vapeur et le bruit, un double album et double DVD live, enregistré pour l'occasion (par Les Films du Réel) au Chabada à Angers les 16, 17 et 18 décembre 2004[7]. Pee-Why quitte le groupe et sera remplacé par Bruixe, ex-bassiste de feu Kargol's.

Derniers albums (2006–2010)[modifier | modifier le code]

La trajectoire de l'homme canon, album enregistré au Canada, est résolument orienté rock[2]. Il sort en 2006. À la suite de plusieurs show-cases dans des magasins, La Ruda a l'idée de faire un album acoustique, et se lance dans l'enregistrement. L'album Les bonnes manières versions légères et inédites sort chez Irfan le 1er octobre 2007. Il comporte neuf reprises du groupe et 2 titres inédits. L'album suivant, Grand Soir, sorti le , est un album acoustique dans la lignée de l'opus Les Bonnes manières.

En décembre 2010, par le biais d'un morceau mis en ligne (L'Homme aux ailes d'or) le groupe annonce son retour, avec un nouvel album sorti en mars 2011, intitulé Odéon 10-14, qui est remarqué par la presse spécialisée[3],[8]. Parallèlement à ce parcours discographique, La Ruda est avant tout un groupe de scène. Avec plus de 1 000 concerts au compteur, le groupe a su se faire connaître et attirer un auditoire toujours plus large. Les concerts sont toujours énergiques, le public chante, danse et saute dans tous les sens à l'image des musiciens, qui ne laissent que très peu de répit entre les morceaux.

Séparation (2011–2012)[modifier | modifier le code]

Le , le groupe annonce sur sa page Facebook, la dissolution du groupe après leur dernière tournée, c'est-à-dire fin 2012[9]. Leurs ultimes concerts se tiennent dans la salle du Chabada, à Angers, les 13, 14 et 15 décembre 2012[10]. Ces derniers donneront lieu à l'enregistrement d'un CD live, sorti le 1er avril 2016 chez Cristal Records, et intitulé Souviens-toi 2012.

Membres[modifier | modifier le code]

Derniers membres[modifier | modifier le code]

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Christophe Levêque
  • Jam - basse (1995–1999)
  • Pee-Why - basse (1999–2005)
  • François - saxophone (1995–1997)
  • Grub's - basse (1995)
  • Yannos - guitare (1995)
  • Bibi - trompette (1995)
  • Martial - trombone (1995)

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

DVD[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Rock > La Ruda Salska », sur w-fenec.org (consulté le 6 août 2017).
  2. a et b « La Ruda : "La Trajectoire De L'homme Canon" », sur concertandco.com (consulté le 6 août 2017).
  3. a et b « La Ruda - Odéon 10-14 - chronique - Label: Wagram / Disques Office », sur lordsofrock.net (consulté le 6 août 2017).
  4. « Saumur. Le patron du restaurant Le Trianon est mort à 93 ans », sur Courrier de l'Ouest (consulté le 24 novembre 2015).
  5. « Rock > La Ruda Salska > Interview / l'interview aux Vieilles Charrues (juillet 2000) », sur w-fenec.org (consulté le 6 août 2017).
  6. « Critique d'album - La Ruda : "Passager Du Réel" », sur concertandco.com/ (consulté le 6 août 2017).
  7. « Chronique DVD La Ruda - Dans la vapeur et le bruit », sur albumrock.net (consulté le 6 août 2017).
  8. « [Hors format] La Ruda « Odéon 10/14 » (2011) », sur Musicodrome, (consulté le 6 août 2017).
  9. « La Ruda : la fin d’une carrière bien remplie », sur Angers MAG info (consulté le 15 décembre 2011).
  10. « La Ruda, 20 ans de "miracle permanent" », sur chansonfrancaise.blogs.sudouest.fr, (consulté le 6 août 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]